J’ai hésité avant de vous communiquer cet article, car je ne savais pas trop si ça concernait beaucoup de personnes. Je veux vous parler de l’impact du cycle menstruel sur l’entraînement. Est-ce que ce la vous affecte? Je m’adresse ici plutôt aux lectrices qu’aux lecteurs bien que ceux-ci pourraient peut-être aussi êtres concernés par le billet de leur conjointe. Je suis parmi celles dont le cycle les affecte particulièrement, surtout les 2-3 jours avant et les 2 premiers jours du cycle. J’ai des crampes telles que j’en ai parfois des nausées et autres inconforts. Entre autres, j’ai l’impression que j’ai un melon d’eau de plusieurs kilos dans le ventre. C’est gonflé, balloné comme une poche d’air coincée à l’intérieur des hanches au niveau du nombril. Je n’exagère même pas, une méchante poche d’air! C’est comme si quelqu’un m’avait donné un gros coup de poing dans le ventre. J’ai les jambes lourdes et je suis très fatiguée les jours précécents. J’ai le bas du dos en compote comme si j’étais restée debout pendant de longues heures. Il y parfois des cycles où je pourrais arracher la tête à quelqu’un sans trop d’effort et ça me ferait sincérement  plaisir. Et, ce, bien malgré moi. Je n’aime pas me sentir comme ça! Quand vient le temps de faire de l’exercice pendant ces journées que je qualifierais de critiques (pour moi en tout cas), il y a mes deux petits anges qui me parlent. Celui dont je vous parlais dans mon article Qu’est-ce que je fais là? et mon ange de la motivation qui me dit que même si c’est plus difficile, ça va me faire du bien. Je vais faire circuler beaucoup d’oxygène dans mon sang et vraiment, ça va atténuer tous ces symptômes. J’écoute toujours l’ange de la motivation, mais je lui résiste tellement. Des fois, ça peut me prendre jusqu’à une demi-heure avant de m’y mettre. Je me sens tellement lourde, inadéquate, inhabile, fatiguée, et tout ce que je veux faire, c’est de me rouler en boule, de dormir et de me réveiller quand ça sera fini. Dans mon cas, 36 à 48 heures. C’est fou, hein? Au bout du compte, je fais toujours mon entraînement. Je commence habituellement avec moins d’intensité, mais après 10 minutes, je suis dedans et ça va bien. Le plus difficile est de commencer. Et je me sens toujours mieux après… pour quelques heures à tous le moins. Ça a toujours été comme ça pour moi. Ça fait 35 ans que ça dure. La seule chose que j’ai notée est que j’atténue les symptômes  si je diminue ma consommation de café, que je ne bois pas trop de vin (hey!) et que je fais de l’exercice. Il faut que je sois réellement décidée car  je suis comme une horloge. Ça m’arrive à tous les 25-28 jours. Des fois, que trouve que ça revient bien vite. Dites-moi, est-ce que certaines parmi vous ont les mêmes désagréments que moi? Dans mon entourage, j’ai une amie pour qui les symptômes sont semblables aux miens, autrement, tout le monde semble vivre son cycle sans inconvénients. Est-ce parce que les autres n’en parlent pas? Est-ce parce qu’elles sont chanceuses? La moitié de la planète est menstruée, il doit bien avoir des femmes qui sont affectées par des symptômes semblables. Quoiqu’il en soit, j’ai pris la décision de faire de l’exercice depuis fort longtemps. Seulement, pendant ces quelques jours, c’est parfois plus difficile de m’y mettre que le reste du temps. Qu’en est-il pour vous? Avez-vous des trucs, des recettes, des aliments qui vous apaisent? Si oui, s.v.p., partagez-les avec moi, ce serait grandement apprécié.

Please Login to Comment.

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.