temps

Ma saison de course est commencée!

Saison de course 2013

C’est fait! Ma saison de course est commencée! Je viens de courir mon premier 5km à l’extérieur en 2013. Il était temps! Depuis le début mai, je me disais qu’il fallait que je brise la glace, que je commence… Je ne sais pas ce qui me retenait. Je sais que la température est mon excuse préférée. Je n’aime pas vraiment courir quand il fait froid… frais? Toujours est-il que ce matin, je me suis réveillée vers 05:20 et je me sentais en forme et pleine d’énergie. Je devais faire Shoulders & Arms de P90X. Mais, j’avais envie de courir. J’ai sauté sur l’occasion! Non, non, non! Je ne vais pas manquer cette opportunité. Sans penser, je me suis habillée en coureuse 🙂  et je suis sortie. Boum! 32:38 minutes plus tard, c’était fait! Satisfaction, bonheur, joie, contentement. Tout y est. Course bonheur Comment aie-je pu oublié toutes ces sensations positives que me procurent la course tôt le matin? J’ai même croisé deux dames que je rencontrais régulièrement l’été dernier. On s’est salué. Un grand sourire et ce bonheur de se retrouver dans ces moments privilégiés du matin remplis de plénitude. À titre de référence, j’ai comparé mon temps avec mes résultats de août et septembre 2012, question de savoir où j’en était, et ma foi, je ne suis pas trop déçue. Mon meilleur temps selon Endomondo est 29:23 et selon Runtastic, c’est 29:12. Mon objectif est d’être en deça de 30:00. Il faut que je diminue mon temps de 3 minutes. Très faisable. J’ai hâte de partager avec vous mes prochaines courses, mes prochains résultats et ce que je ferai en parallèle pour maintenir la forme. J’ai comme objectif de faire un 10 km une fois par semaine. Je voudrais aussi remercier mon groupe A ma porte qui m’inspire à toujours faire plus, à me dépasser et qui me motive sans précédent. Une bonne saison de course 2013 à tous!

Gestion de temps et entraînement

Finalement, je compléterai Asylum en 32 jours au lieu du 30 jours initiales. J’ai eu une semaine assez chargée et j’ai eu un peu de difficulté à gérer mon temps. De plus, Game Day est tombée sur ma journée la plus folle de la semaine, soit le jeudi. J’avais 4 tests cette semaine et l’un d’eux comportait beaucoup de matière et je n’ai pas été capable tout faire. Alors, c’est l’entraînement qui a écopé. C’est très exceptionnel pour moi. J’étais aussi fatiguée car j’ai peu dormi. Je suis la fille qui doit dormir son huit heures par nuit. Quand j’en dors six, cela m’affecte. Il faut dire que le week-end passé en a été un assez holé.  Alors tout ça ensemble a fait que je ne me suis pas entraînée ni jeudi, ni vendredi. J’ai tout simplement manqué de temps. Ah! Mais avoir deux jours de repos a ses avantages! Vous auriez dû me voir faire Game Day hier. Comme j’avais pris deux journées de repos,  j’avais décidé que j’allais me reprendre et que j’allais donner mon maximum. Et je l’ai fait. Mis à part l’exercice pour la natation, celui où on est couché sur le ventre et où l’on simule la nage en position superman et pendant  lequel j’avais les épaules en feu, j’ai  fait tous les exercices sans m’arrêter une fois. Oh! Bien sûr! J’ai ralenti, mais je ne me suis pas arrêtée. Et de plus, j’ai dépensé une trentaine de calories de plus que les fois précédentes. Yeah! Je ne sais plus quel segment j’ai trouvé le plus difficile. Je sais seulement que le premier segment, le one-mile-run demeure mon préféré. Tantôt, je vais faire le dernier Vertical Plyo du programme. Formule 1 oblige, je n’ai pas accès à la télé avant que la course soit, terminée. Que voulez-vous, je suis mariée avec un adepte de la F1 qui ne manque pas une course en direct quelque soit la raison. Il faut dire qu’il est seulement 06:40. J’ai quand même toute la journée pour faire mon entraînement… Bon dimanche à tous!

Méthode pour améliorer mon temps

Jeudi, pour la première fois de la saison et pour la deuxième fois depuis que je cours, j’ai fait un chrono en deça de 30 minutes. Quel bonheur et quelle victoire pour la coureuse que je suis! Je n’en revenais pas quand Endomondo m’a dit pendant ma course que j’étais à 29:46 lorsque j’ai atteint 5 km. Wow! J’ai couru vers 10:30, travail oblige, j’avais un rendez-vous tôt le matin et je n’ai pas eu le temps de courir avant d’y aller. Donc, il est 10:30, c’est ensoleillé avec quelques nuages. Quand je quitte, c’est ombragé. Je me dis pas trop chaud. Hummm… 400 mètres plus loin, c’est le gros soleil.  Un autre hummm! J’aurai dû mettre une casquette, mais bon. Il fait chaud et je me dis que je suis entrain de m’habituer à courir à la chaleur. Ça devrait m’aider pour dimanche. Alors, je me concentre. Je pense à plusieurs articles que j’ai lus dans le magasine Runner’s World. RW offre toujours, dans chaque édition, le « meilleur » programme pour, soit améliorer la vitesse ou la distance, ou le meilleur programme pour courir votre premier 5 km, 10 km, demi-marathon ou marathon etc. Une méthode qui revient assez régulièrement est de courir le plus rapidement possible sur une certaine distance. Selon le programme et les objectifs, la distance varie. C’est  400m, 800m ou 1 km pour ensuite courir à une cadence à laquelle on peut maintenir une conversation. Je ne mesure pas les distances. Ma façon de faire est de trouver un repère comme un arbre, l’abri d’autobus, une intersection etc. Je me dis que je vais courir le plus vite possible jusqu’à ce point. Par la suite, je maintiens une cadence de jogging pour quelques minutes. Je trouve un deuxième repère et je recommence et ainsi de suite. J’ai appliqué cette méthode pour ma course et cela a amélioré mon temps. J’en ai parlé avec Yolthy qui m’a dit avoir fait quelque chose de similaire lors de sa course. Elle a fait son 5 km en deça de 37 minutes hier. Souvenez-vous qu’elle a commencé à environ 45 minutes pour la même distance il y a environ 3 semaines. À mon avis, elle a l’avantage d’avoir 20 ans, mais quand même! J’ai aussi décidé de faire un peu plus de 5 km. Pas grand chose, 200 ou 300 mètres. L’effet psychologique est que si je fais ce petit extra lors de mes courses quotidiennes, lorsque viendra le temps de faire une course « officielle », je saurai que je peux terminer cette distance sans problème. Il existe plusieurs méthodes pour atteindre ses objectifs. Il faut y aller un pas à la fois et on ne peut que s’améliorer. Je sais que les chiffres ne sont pas tout, mais je peux vous dire qu’ils sont très encourageants. Il y a quelques jours, j’étais assez découragée quand j’ai obtenu un temps de 33:51 pour la même distance. Je suis fière de mes résultats, mais je suis d’autant plus fière de continuer à courir même quand les minutes ne me conviennent pas. Il n’y a rien comme s’améliorer pour l’estime de soi. Je cours depuis la mi-mai et je viens d’atteindre le but que je m’étais fixée, soit de courir 5km en 30 minutes ou moins. Maintenant, mon but est de maintenir ce résultat et de faire le 5km en moins de 29 minutes. Un pas à la fois, une minute à la fois…

La course et les chiffres

Je suis une personne à chiffres. Je compile tout le temps. Que ce soit le nombre de répétions, les poids, la distance ou le temps. Quand je m’entraîne, je compte. La principale raison est de savoir où j’en suis. En sachant d’où je pars, je saurai vers quoi aller et je verrai si je progresse. Je mets toujours un nombre dans ma tête et j’essaie soit de l’égaler ou le surpasser. C’est ma méthode avec P90X, Insanity, Asylum, Supreme 90 Day et la course. J’essaie toujours de faire mieux. Aujourd’hui, je n’ai pas fait mieux. En fait, j’ai fait mon pire temps de la saison. Même en mai, lors de ma première course, j’ai obtenu un meilleur temps! Je ne sais pas ce qui s’est passé. J’étais très déçue. Je suis partie plus tard que d’habitude, il faisait chaud, je n’avais pas envie. Puis, je me suis dit que c’était mieux de faire une mauvaise course que de ne pas courir du tout. Et ça a donné un chrono dont je ne suis pas tellement fière. Je me suis abonnée au magasine Runners’s world. Il y a plein d’articles sur comment améliorer sa performance, sa distance, son temps, etc. Je les lis tous, mais je n’applique pas trop les méthodes parce que trop peu familière avec les termes. On y parle de cadence, de course tempo, de longue course, etc. Je vais devoir m’y mettre et trouver une méthode pour allonger ma distance et améliorer mon temps. Selon RW, un débutant ne doit pas s’attarder à son temps, mais plutôt à la distance parcourue. Il faut compléter la distance. Une fois que l’on réussit à couvrir la distance, là on peut avoir comme objectif d’avoir un meilleur chrono. J’ai de la difficulté à ne pas regarder le temps. Je suis une fille qui fonctionne avec les nombres. C’est pourquoi mon temps m’a beaucoup déçue aujourd’hui. Je ne sais qu’en faire. Ma plus grande crainte et de ne pas, au minimum, égaler le résultat de ma course de dimanche dernier lors de l’étape 4 de la Coupe Dix30, le 22 juillet. Il y a définitivement quelque chose qui m’échappe… De plus, une amie m’a demandé de faire un demi-marathon ou même un marathon l’année prochaine. Je n’ai pas encore acceptée car je n’ai pas encore décidé que je pouvais le faire. Tout est dans l’attitude. Si je décide que je vais le faire, je le ferai. C’est comme n’importe quel programme que j’ai entrepris jusqu’à présent. Quand ma décision est prise, le reste suit. Ce n’est pas automatiquement facile, mais c’est déjà décidé. C’est là où j’en suis. J’ai une admiration sans borne pour toutes les personnes qui font un marathon. Que ce soit en 2:30 ou en 4:30. L’engagement, le dévouement, les peines, les douleurs, le temps, le découragement, les blessures, tout ça, c’est quelque chose. La préparation dure des mois, voir un an, et l’évènement comme tel, au plus 5 heures. Wow! Mais pour ça, il faut mettre un plan en place. Quelle sera la prochaine étape?

Ma première course d’hiver

C’est fait! J’ai fait ma première course d’hiver! Je lis les articles de gens qui courent à l’extérieur pendant les mois froids de notre beau pays et je les enviais. Je les trouvais courageux, dédiés, athlètes, merveilleux. Je me trouvais pantouflarde, paresseuse, peureuse, enfin tout le baratin. Finalement, vers 15:00, j’ai pris mon courage à deux mains, je me suis habillée en conséquence (il faisait moins 10) et je suis partie. Sincèrement, au départ, j’ai trouvé ça facile. À 200-300 mètres de la maison, j’ai pris la piste cyclable. Erreur! Elle est dégagée, mais glacée. C’est devenu difficile et déplaisant. J’ai quand même fait un petit bout jusqu’au croisement de la prochaine rue et j’ai pris celle-ci. De retour sur la rue et/ou le trottoir, c’est redevu facile. J’ai quand même un  bon  cardio, donc l’effort n’était pas nouveau, ni difficile. J’ai même été surprise de mon aisance. Je  n’avais pas couru depuis la fin de l’été. État donné que je n’avais pas de trajet comme tel (habituellement, j’ai 2 trajets de 5 km chacun et ils sont sur la piste cyclable), je n’avais pas une bonne idée de la distance. Finalement, je me suis donnée un point de repère où j’allais faire demi-tour. C’est à ce moment que j’ai vérifié mon temps et j’en étais à un peu moins de 13 minutes. J’ai décidé de revenir sur mes pas. Finalement, j’ai couru 24 minutes. De retour à la maison, j’avais les fesses gelées! J’ai une paire de pantalons de jogging qui sont supposés me garder au chaud jusqu’à moins 15. Ça a l’air que ce n’est pas le cas. La prochaine fois, je porterai mon revêtement de ski thermal. Autrement, j’étais bien vêtue et je n’ai pas eu froid. De plus, j’ai décidé de prendre l’auto pour savoir quelle distance j’avais parcourue. J’ai fait 3.2 km. Un peu déçue de mon temps, mais compte tenu du fait que ça faisait quelque mois que je n’avais pas couru et que la surface glacée de la piste cyclable m’a probablement ralentie un peu, je crois que c’est acceptable. De toute façon, un temps, ça peut toujours s’améliorer. Un de mes projets de 2012 était de courir 3-4 fois par mois pendant l’hiver. C’est un début…

Continuez de bouger!

Hey oui! On ne vieillit pas parce qu’on arrête de faire de l’exercice, mais plutôt on arrête de faire de l’exercice parce qu’on vieillit! La bonne habitude à prendre c’est de continuer de bouger, de recommencer à bouger ou de bouger plus. Les bénéfices, on les connaît. Niveau d’énergie plus élevé, un meilleur sommeil, maintient de la masse osseuse et musculaire, souplesse, pression normale et la bonne humeur! OK, la machine est plus lente. En tout cas, la mienne l’est! Je me souviens d’une époque où je me réveillais vers 05:00 du matin et 10 minutes plus tard, j’étais déjà dehors à faire mon 5 km quotidien. Aujourd’hui, je prends une petite demi-heure avant de m’y mettre.  Disons que mon corps prend un peu plus de temps à se remettre en marche au réveil. C’est une réalité. Les articulations sont moins souples. A moins de faire des étirements de façon régulière, et je ne parle pas ici de faire le grand écart, on perd aussi un peu de notre souplesse. On a tendance à prend du poids parce que notre horaire chargé, les enfants, le travail et les autres obligations font qu’on ne prend pas le temps de prendre soin de nous, on mange moins bien ,on bouge moins et on continue de manger de la même façon. La sédentarité s’installe. Trouver du temps pour soi peut-être difficile. J’ai beaucoup d’admiration pour les mamans (et les papas) qui ont de jeunes enfants. Les nôtres, ayant tous  quitté le nid familial, j’ai tout mon temps pour faire l’exercice que je veux sans contraintes d’horaire. Il est recommandé de faire deux choses: mieux s’alimenter et bouger. Essayez de prendre une trentaine de minutes dans votre journée pour bouger. Au fil du temps, ce n’est plus un effort mais un moment pour soi-même et on se sent mieux. Je retire une grande satisfaction à continuer de bouger et de continuer de faire à peu près n’importe quoi. Je le dis toujours et je me répète, ça ne me tente pas toujours, mais j’en ai fait une routine.  Est-ce que je diminuerai l’intensité des mes entraînements au fil de temps? J’espère que non.
%d bloggers like this: