Insanity The asylum

Programme BeachBody hybride

Avez-vous déjà fait un Programme BeachBody hybride? Une combinaison de deux programmes ou plus? Il en existes des dizaines, voir des centaines de versions créées par des utilisateurs BeachBody. Suite à ma dernière ronde Insanity, j’ai donc commencé P90X avec l’intention de faire un programme hybride. J’allais faire les jours de résistance de P90X et les jours de cardio, j’allais, soit courir ou faire une séance d’entraînement choisie parmi  les programmes Beachbody que je possède. J’ai aimé la sensation après chaque séance P90X, mais je n’avais pas de plaisir à faire le programme comme tel. Quand on fait de l’exercice, que ce soit un programme sur DVD, un programme personnalisé  ou une activité quelconque, il faut aimer le faire. Les autres fois où j’ai fait P90X, ça me tentait vraiment.  Cette fois-ci, à la troisième semaine, j’ai commencé à faire autre chose, car P90X devenait une corvée. L’envie n’y était pas. Si vous regardez sur ma page de séances d’entraînement, vous pouvez voir qu’il y a plus de jours de repos que de jours d’exercice. Ouin! Ce n’est pas exactement mon but! Dans notre groupe de support sur Facebook, une des membres du groupe, Cindy, s’est créée un calendrier hybride de 35 jours. Elle a inclus dans son calendrier les programmes Turbo Fire, Les Mills Combat, Insanity et Insanity The Asylum.

Programme BeachBody

Cindy et moi avons en commun notre engouement pour Insanity! Mais nous aimons aussi d’autres programmes de BeachBody. Elle a pris le temps de faire un Programme BeachBody hybride qui combine du cardio et de la résistance.  Elle a tellement bien équilibré le tout, que je lui ai demandé si elle voulait bien partager son calendrier, ce qu’elle a fait généreusement.Nous commençons la deuxième semaine aujourd’hui. Je vous invite à visiter son site supercardio.ca. Avez-vous déjà fait un programme BeachBody hybride? Quel programme avez-vous utilisé? Si vous voulez faire partie de notre groupe de support Facebook, créez vous un compte BeachBody gratuit en cliquant ici et je vous ajouterai au groupe. Quand la motivation n’est pas au rendez-vous, faire partie d’un groupe fait souvent toute la différence. Bon entraînement à tous!

Suivre la séquence Insanity The Asylum

Je viens de terminer le jour 14 de ma deuxième ronde de Insanity The Aslylum.  Je me suis permise d’interchanger quelques jours du programme pour des raisons pratiques. En principe, aujourd’hui, je devais faire Relief et demain, faire Speed & Agility. J’ai fait le contraire. J’ai fait ça quelques fois depuis le début du programme pour des raisons d’horaire chargé. Je ne crois pas que changer l’ordre des entraînements ait une grosse incidence. Pourquoi? Ça dépend de ce qu’on a fait la veille comme entraînement. Je m’explique. Lorsque l’on fait de l’exercice, il faut toujours se donner un temps de repos pour récupérer. C’est le principe du Stress-et-Repos. À la suite d’une séance d’exercice, le corps a besoin de récupérer son énergie. Par conséquent, si l’entraînement dure trop longtemps et qu’on ne s’accorde pas assez de repos, le corps n’est pas en mesure de récupérer les importantes ressources énergétiques et physiques dépenser lors de la séance. La différence se situe au type d’exercice que l’on fait. Il y a les séances cardio-vasculaires et les séances de résistance (ou musculation). Si on fait du cardio, pour récupérer, il faut se reposer et complétée par une alimentation saine et une bonne nuit de sommeil. Donc, on peut faire du cardio à tous les jours si on veut. Il est important lorsque l’on parle de résistance, de spécifier si on veut acquérir de la masse ou seulement faire un entraînement d’endurance. Lorsque l’on veut acquérir de la masse, on fait quelques séries (2-3) où pour chaque série, on est en mesure de soulever un poids pour un maximum de 8 à 12 répétitions et à la 12ième répétition, il nous est très difficile de la compléter.  Si on va au-delà de 15 répétitions, on ne crée plus de la masse, et on est dans un entraînement d’endurance. Si on fait un programme de musculation dans le but  d’acquérir de la masse, le principe Stress-et-Repos consiste en une journée d’entraînement suivie d’une journée de repos. La durée optimale de repos varie entre 48 et 72 heures. Si on fait de la résistance d’endurance, étant donné qu’il n’y a aucune micro déchirure au niveau des muscles, le temps de récupération peut être plus court. Lorsque l’on fait un programme comme Asylum, la séquence est pensée en fonction de la récupération nécessaire suite à chaque DVD d’entraînement, mais c’est principalement du cardio et de la résistance d’endurance. Même le DVD Strength est de la résistance d’endurance, d’où ma conclusion que d’alterner les entraînements quelques fois ne nuira pas au programme. Par contre, pour avoir des résultats optimaux, je vous suggére fortement de suivre la séquence donnée. Rappelez-vous que le repos et une bonne alimentation sont des éléments aussi important que l’entraînement lui-même. Ne les négligez pas. Si vous désirez vous procurer Insanity the Asylum, cliquez ici.

Insanity The Asylum | Jour 4 – Vertical Plyo

Je viens de terminer le jour 4 du programme de 30 jours Asylum. Ouf! Est-ce que c’est moi ce matin qui n’était pas dedans ou c’est tout simplement débile cet entraînement? Je crois que dans la dernière année, c’est le DVD le plus difficile que j’ai fait. Il est difficile physiquement. Je viens de relire et vous allez me dire, « Marie-Claude! De l’exercice, c’est physique! » Je vous explique. Il y a des entraînements où on fait appel à la force avec des poids, comme P90X. Il y a des entraînements où on fait appel à l’endurance et au cardio, comme la course. Il y a des entraînements où on fait appel au cardio et à la résistance avec comme outil notre corps, comme la plupart des entraînements Insanity. Dans Vertical Plyo, on sollicite constamment les muscles du bas du corps. C’est la fatigue de mes muscles, surtout au niveau des jambes qui m’a achevée. Le cardio y est pour quelque chose, mais mon rythme cardiaque n’était pas si élevé que ça. J’étais autour de 145. Ce n’est pas vraiment élevé pour moi. Mais mon dieu que j’avais de la difficulté à compléter les rondes. Mes jambes étaient en compote, faibles, lourdes, fatiguées. Je dégouttais, et je voulais seulement prendre une pause. Je dirais que 60% de cet entraînement est concentré sur les jambes et le cardio. Bien sûr, il y a quelques push-ups jack avec bandes, mais principalement, c’est le bas du corps. Je ne peux qu’imaginer le bienfait que cela va apporter à ma course. Avoir des jambes fortes et puissantes fait la différence quand on court. Ne soyez pas inquiets pour le haut du corps. Les DVD Strength et Back to Core vont s’en charger. C’est la beauté d’un programme comme Insanity The Asylum. Si on fait le programme en respectant la séquence proposée, les exercices pour le corps au complet sont incorporés. Vous allez, de façon équilibrée, travailler chaque partie de votre corps. Je dois vraiment m’améliorer si je veux être en mesure de faire le vol.2 qui sera disponible très bientôt. De toute façon, Même s’il était disponible aujourd’hui, il faudrait tout de même que je gradue une seconde fois pour pouvoir même penser que je peux faire la suite de Insanity The Asylum. Il me reste 26 jours, ce qui n’est pas très long. Je vous reparlerai de Vertical Plyo. Il revient 4 autres fois dans le reste du programme. Je devrais m’améliorer.

Insanity Asylum: 2ième ronde

Insanity Asylum

Bon, c’est fait! Je me suis décidée! Je fais  ma deuxième ronde de Insanity Asylum. Je l’ai complétée la première fois en octobre-novembre 2011. Je l’avais eu pour ma fête. Je me souviens de toute l’excitation que j’avais ressentis quand je l’avais reçu. J’étais fébrile.

Insanity The asylum

À la lecture de  Insaniy Asylum , j’ai constaté que certaines choses avaient changé. Je ne suis plus autant une novice avec la corde à sauter. Je peux faire l’échauffement presque sans arrêt. Je trébuche très peu ou pas avec la corde. Je peux faire les High Knees, les Criss Cross, etc, sans problème. Bien sûr, je suis essouflée et l‘acide lactique inonde mes muscles et je les sens très lourds, mais je continue. La première fois, il fallait que j’arrête souvent. Cette fois-ci, jusqu’à date à tout le moins, j’arrête seulement quand je trébuche et je reprends tout de suite. Lorsque j’eus complété ma première ronde de ce programme, ma réflexion fut qu’il était nécessaire de le faire à nouveau pour améliorer mes résultats. Je ne savais pas quand j’allais le refaire parce que j’aime tellement changer mes programmes et j’aime vraiment tous les programmes que je possède et je veux tous les refaire. Il y a une question de « feeling » et de saison dans mes choix. J’en étais là quand j’ai décidé de refaire Asylum. Il y a eu un autre élément déclencheur. Cette semaine, j’ai visionné des extraits vidéo de Insanity Asylum vol.2 qui sera disponible dans environ un mois et je me suis dit que si je voulais tenter de le faire, il serait définitivement mieux pour moi de refaire le premier volume pour être prête. Et je vous le dis par expérience. Même si vous avez complété Insanity, P90X et que vous courez, Asylum demeure un défi de taille. Je crois que ma saison de course m’a beaucoup aidée, et qu’au niveau cardio, ça me donne une longueur d’avance par rapport à l’année dernière, mais cela demeure un gros défi.

Renouer avec Insanity The Asylum

J’ai passé l’été à courir ce qui m’a permis d’atteindre mon objectif de 10 km dimanche dernier. J’en suis très fière. Dernièrement, par contre, que je me disais que je devais recommencer à faire d’autres formes d’exercice. Il est recommandé, même si on court,  de faire de la résistance pour plusieurs raisons. Entre autre pour avoir  des jambes et un tronc forts qui sont essentiels pour bien courir. Lundi, le lendemain, J’avais envie de bouger, mais pas nécessairement de courir. De façon spontanée, j’ai pensé à Insanity The Asylum. J’ai regardé les DVD et j’ai opté pour le DVD Speed & Agility. J’étais un peu inquiète, car je savais que ce n’est pas une séance  d’entraînement facile et je ne l’avais pas fait depuis le mois de mai. Je me disais que pour le cardio, je n’allais pas vraiment avoir de problème. Quand je cours, je maintiens mon pouls entre 155-162. La course demande  un effort constant au niveau cardio, j’ai le coeur solide, donc à ce niveau, je ne crois pas avoir de problèmes.  Mais au niveau musculaire, plus le cardio dans le tapis, je suis un  peu moins certaine. Je sort donc mon short sexy. Celui que je porte seulement quand je m’entraîne à l’intérieur. Je positionne le miroir pour m’assurer de voir que je fais toujours les mouvements de façon correcte. Je sors mon échelle d’agilité et ma corde à sauter qui étaient loin sous le futon. Ça commence de façon assez abrupte avec la corde à sauter. C’est 3 minutes de sauts à la corde. Trois mouvements différents, soit High Knees, Squat Jump et In & Out Jump pendant une minute chacun, suivi du Heisman avec l’échelle d’agilité pour une minute. Puis on recommence. La corde à sauter pendant un autre 3 minutes. High Knees, ensuite le Criss Cross et le 1-2 Ciseaux. Vient ensuite le Heisman Agility Tap pendant une minute. L’échauffement n’est pas encore fini. Une minute de Agility Toe Tap qui consiste à se positionner en planche les pieds dans un carré de l’échelle d’agilité et de se déplacer de façon latérale et en se tapant l’épaule à l’extrémitié de celle-ci et recommencer.  L’échauffement est terminé. Je m’en suis assez bien tirée. En tout cas, je ne suis plus inquiète. Et ce qui m’arrive à toutes les fois que je fais Insanity ou Insanity Asylum arriva. Il y a beaucoup de sauts dans ces deux programmes et on est souvent sur le bout des pieds. J’ai des crampes dans les pieds, que ce soit quand je fais des Mountain Climbers ou que je saute avec l’échelle d’agilité comme surface de jeu. C’est agaçant, mais je passe au travers. Dans Asylum, ce qui est important, c’est la précision du mouvement et la vitesse d’exécution. Comme je dis souvent: « Dans le tapis! ». Et ce qui est intéressant est que malgré que le fait que j’ai un très bon cardio, je suis à bout de souffle et je dégoutte littéralement. Des gouttes de sueur éclaboussent le plancher. J’ai ce sentiment d’effort intense et d’accomplissement. Je m’attendais à peut-être ne pas être capable de suivre pour finalement faire tous les mouvements dans leur presque totalité sans vraiment arrêter. Je suis bien contente d’avoir renoué avec Shaun T. Je me suis une fois de plus ennuyée de lui. Ah! Ce cher personnage! Le lendemain, je suis courbaturée au niveau des mollets, des abdominaux et un peu les bras. Comme quoi, quand on arrête de travailler certaines parties du corps, elles nous le rappellent. Étant donné que je cours au moins 3 fois par semaine depuis les 4 derniers mois, je ne m’attendais pas à avoir des courbatures au niveau des jambes. On travaille de façon différente et on sollicite des muscles différents, c’est évident. Jeudi, j’ai couru 5 km, et vendredi, j’ai décidé de faire un autre DVD de Asylum. Cette fois-ci, j’ai choisi de faire Strength. C’est un combo cardio-résistance. Encore une fois, cela implique une exécution correcte de chaque mouvement et de la vitesse. En faire le plus possible. Il est possible de faire ce DVD avec des poids ou une bande de résistance. J’ai sorti mes poids de 10lbs et 15lbs. De mémoire, j’utilisais les 15lbs, mais on ne sait jamais. J’ai déjà mentionné que mon DVD préféré de Asylum était Strength et je me suis souvenue pourquoi. C’est exigeant. Ça demande de la puissance et de l’endurance. Chaque mouvement semble ne plus finir. On continue, on s’entête, on va chercher ce dont on a besoin pour finir chaque ronde. Quelle satisfaction! Je sentais les muscles de mon dos fatigués! Les muscles de mon dos! Les bras, les jambes,ok, mais les muscles de mon dos? Wow! Ça faisait longtemps que je n’avais pas eu cette sensation! Et quoique pas facile, les 15lbs m’ont fait faire le travail. J’ai quelques fois changé pour les 10lbs et ce n’était pas assez. J’aurais probablement besoin d’ajouter des 12lbs à  ma collection de poids. Et que dire du lendemain? Man, oh man! Que j’étais courbaturée! Descendre les escaliers de ma chambre à la cuisine à mon réveil fut assez douloureux. Humm… J’aime cette sensation. Je sens que j’ai fait un effort digne de ce nom. Je vais encore courir, mais je suis très contente d’avoir renoué avec Insanity The Asylum.

Faites-vous des sons lors de vos efforts?

Quand je m’entraîne, que ce soit la course, Insanity, P90x ou autres, quand je fais des efforts intenses, j’émets des sons. Vous savez, un peu comme les joueurs (euses) de tennis? Je ne crois pas être aussi sonore, mais tout de même, j’en fait. Je crois que le programme qui me fait le plus grogner, parce que ce sont vraiment des grognements, c’est Insanity ou Insanity Asylum. Quand j’ai le cardio dans le tapis, quand je dois faire un mouvement et en plus faire appel à un groupe de muscles, les dernières répétitions sont toujours plus difficiles. Le dernier push up, le dernier burpee, le dernier saut. Je vais chercher dans le fond de mes tripes l’énergie dont j’ai besoin pour compléter une série et ça fait du bruit. Je savais que je faisais du bruit quand je m’entraîne et ça ne m’a jamais dérangée. Je m’entraîne tellement tôt le matin que je me demande bien qui pourrait m’entendre. Glenn dort au deuxième et je suis au sous-sol. Avec le temps, je crois que c’est devenu une habitude comme de respirer. Je n’y fais pas attention. Lors de mon séjour à Kelowna en juin dernier, j’ai fait mon entraînement dans le sous-sol avec du monde qui faisait autre chose autour. Entre autre, ma nièce jouait dans un coin, Nicolas lisait dans un autre. Lorsque j’eus terminé, ma nièce m’a dit que les sons que je faisais, c’était comme si j’allais mourir. J’ai bien ri et je lui ai répondu que parfois c’est l’impression que j’avais aussi. J’ai réalisé que faire des grognements ou des exclamations du fonds mes entrailles ne me dérangeait pas du tout, et ce  même s’il y avait du monde autour. Ça m’aide vraiment à compléter mes rondes et franchement, je n’y pense même pas. Lorsque je suis remontée à l’étage, Nina m’a dit: »My god Marie-Claude! Are you ok? » Ma réponse est toujours oui. Le comble de tout ça est aussi que quand je m’entraîne de façon intense, je deviens rouge tomate. Vraiment rouge! Même Glenn qui me voit revenir de mes courses trouve toujours que j’ai l’air… épuisée, à la veille de mourir, sur le point de tomber dans les pommes? Hey! oui! Quand je fais un effort ça s’entend et ça paraît. Suite à cette réflexion, je me suis demandée quels étaient les moments où je produisais ces sons. Insanity est mon numéro 1. P90X, pas trop. Quand je soulève des poids, l’effort n’est pas le même, et dépendant de l’exercice, je peux soupirer ou lancer une exclamation sans plus. Quand je fais KenpoX (P90X) qui est un entraînement dont les mouvements sont empruntés à certains mouvements de la boxe, disons que je respire un peu plus fort quand je fais des upper cut, lower cut, etc. Et j’en suis venue à la course. Je suis quelqu’un qui respire fort. Je me souviens, à mes début, quand je croisais quelqu’un sur la piste cyclable, je tentais de respirer moins fort pour ne pas dévoiler mes efforts. Je  ne fais plus ça. Ça m’aide et pourquoi pour une question d’orgueil, je m’empêcherais de respirer de la façon qui me convient? Parfois, quand je trouve ça difficile, ou si je monte une pente, je vais laisser échapper un son le temps d’une expiration Et encore une fois, ça m’aide. Et vous, quand vous faites un effort intense, faites-vous des sons? Est-ce que ça vous gêne? Le faites-vous quand vous êtes seul et vous retenez-vous quand vous en êtes en groupe ou près de quelqu’un? J’aimerais bien savoir, car moi, pour être honnête, je me fous de ce que j’ai l’air, tant que je sais que je travaille fort et je donne l’effort demandé, car les sons sont secondaires.

Comment se procurer un programme de BeachBody

logo Beachbody

Programmes BeachBody

Plusieurs d’entre vous m’ont demandé comment se procurer les programmes Insanity, Asylum, Turbo Fire, P90X ou P90X2 qui sont des produits de BeachBody. Si vous habitez aux États-Unis ou au Canada, cliquez ici. Pour les autres pays, composer le 1 (800) 998-1681. Anglais seulement. Pour commander en ligne, allez sur leur site pour choisir le programme désiré. Ensuite, si vous habitez aux États-Unis ou au Canada, vous pouvez commander le produit directement ici.  Si vous habitez à l’extérieur des États-Unis ou du Canada,vous devez  envoyer un courriel à international@beachbody.com avec les informations suivantes:
  • Nom apparaissant sur la facture
  • Adresse de facturation (code postal et pays REQUIS):
  • Adresse de livraison complète (code postal et pays REQUIS)
  • *Aucune livraison à une boîte postale
  • Adresse courriel
  • Produit choisi
  • Numéro de téléphone
  • Le meilleur moment pour vous joindre. Indiquez la zone.
Seulement les paiements par carte de crédit sont acceptés. Le paiement total sera facturé en dollars américains. Une fois que votre commande est complétée, un numéro de confirmation sera envoyé à votre adresse de courriel. Le délai de livraison est 5-10 jours ouvrables à compter de la date d’expédition par Fedex International. S’il vous plaît, notez que BeachBody n’est pas responsable pour tous frais d’expédition et de manutention supplémentaires facturés par votre service de courrier local pour la livraison du produit dans votre pays. BeachBody français     * Ceci est une traduction libre de l’information disponible sur le site de BeachBody. Aucune information ne semble disponible en français. Cette information est seulement pour aider les gens résidant à l’extérieur des États-Unis ou du Canada. Elle est non officielle. Visitez le site officiel de beachbody.com pour en savoir plus.

Courir avec ma fille

Depuis mon retour de Kelowna, mon horaire a un peu changé. En premier lieu, je me suis vite habituée à la différence d’heure lors de mon séjour là-bas, mais j’ai plus de difficulté de revenir à l’heure du Québec, même si la différence n’est que de trois heures. C’est la première fois que ça m’arrive. Ma fille est revenue à Montréal pour 5 semaines. On passe beaucoup de temps ensemble en soirée et par conséquent je me couche plus tard qu’à mon habitude. Ce qui fait que je me réveille trop tard pour m’entraîner le matin.  Je veux à tout prix faire de l’exercice et mon nouvel horaire implique que si je continue comme ça, je devrai m’entraîner en après-midi, ce qui fait l’affaire de ma fille. Elle fonctionne toujours sur son horaire de BC. Elle veut faire de l’exercice, mais avec quelqu’un. Contrairement à moi, elle est beaucoup moins motivée quand elle est seule. À notre retour, elle m’a demandé de l’aider à faire un programme. Nous avons regardé nos options et elle est intéressée par P90X, peut-être Asylum et pour l’instant, elle ne veut pas reprendre Insanity. Elle veut inclure de la résistance dans sa routine, et moi je veux courir. L’option à laquelle j’ai pensé est de faire P90X. Elle ferait le programme avec les poids et moi je le ferais avec les bandes de résistance. Les jours de cardio, j’irais courir et elle ferait les DVD. On s’est dit que ce serait une façon de satisfaire les attentes de chacune et de faire ce dont on a envie tout en s’entraînant ensemble. Finalement, après reflexion, j’ai décidé que pendant son séjour, je m’entraînerai après le travail pour passer du temps avec elle. On rigole tellement! Comme je voulais courir au moins 2 fois avant ma course de dimanche, je me devais absolument d’aller courir au minimum une fois par jour jusqu’à samedi. On en était à cette étape lorsque j’ai eu l’idée de lui demander si elle voulait venir courir avec moi jeudi, en fin d’après-midi. Je lui ai dit que nous pouvions aller à son rythme et qu’il n’était pas nécessaire de courir tout le temps, tant et aussi longtemps que nous allions couvrir la distance qui, au départ, était de 5 km. Elle a accepté non sans une certaine crainte. Vous devez comprendre qu’elle a fait 2 fois Insanity dans la dernière année et qu’elle fait entre autre du kick-boxing, de la Zumba et de la résistance. Mais elle ne court pas. Je sais, pour l’avoir expérimenté moi-même, que d’avoir un bon cardio ne signifie pas nécessairement que courir sera facile. Nous sommes donc parties sur la piste cyclable vers La Prairie avec comme objectif de faire un 5 km. J’avais mon GPS en main et je l’encourageais. « On est à 1km, 2km, à la moitié,  dans 400m tu seras à 4km, etc. Je lui répétais que marcher était correct et que le temps n’était pas important. Il faut laisser son corps s’habituer et l’important est de le faire. Ça n’a pas été facile pour elle. Mais elle l’a fait et l’idée d’abandonner ne lui a jamais effleuré l’esprit. Elle ne cessait de se répeter ( Ben oui! Elle s’auto encourage constamment à haute voix.) « You can do this! Keep going! You can! » Et elle a complété non pas 5, mais 6 km! Elle m’a confié par la suite ne pas avoir été certaine de pouvoir le faire. Maintenant qu’elle sait qu’elle l’a fait une fois, elle sait qu’elle peut le refaire. Je suis extrêment fière d’elle. Suite à cet effort, je lui ai suggéré de courir à nouveau, mais cette fois, de réduire la distance à 3 km. Elle a accepté.  Je voulais voir où elle en était car, suite à ma première course de la saison, le lendemain j’étais courbaturée. Je me demandais comment elle se sentirait et si elle voulait courir à nouveau. Vendredi au réveil, elle était en effet courbaturée, mais elle s’est lancée le défi de courir à nouveau. Nous sommes donc parties  pour un 3 km vers 16:00. Elle l’a complété et encore une fois, elle était très satisfaite et moi très fière. Tellement motivée ma cocotte que nous considérons nous inscrire ensemble à l’étape 4 de la Coupe Dix30 qui aura lieu le 22 juillet. Elle m’a demandé si elle serait prête. Je lui ai dit que si elle voulait le faire, j’allais l’inscrire et que si elle marche le parcours, soit! Elle le marchera, mais le défi est là et je l’accompagnerai. Elle m’a aussi demandé si j’étais parmi les bons coureurs. Je me suis esclamée de rire et j’ai répondu: « Ben non! Je ne suis pas là  pantoute! Mais, vois-tu, je le fais parce que c’est l’fun. » Parce que je cours plus vite qu’elle, elle pense que je suis bonne. C’est flatteur j’en conviens, mais soyons honnête. Je suis seulement quelqu’un qui veut se mettre au défi. Je ne suis pas une athlète professionnelle, mais je suis tout de même quelqu’un qui est relativement en forme et qui aime ça l’être. Si je peux motiver ma fille à courir, je conclurai sans hésitation que j’aurai fait quelque chose de bien pour mon prochain et j’espère qu’à son tour, elle vous inspirera. On est samedi matin et j’arrive de ma course. Ce matin, j’ai fait mon 5 km seule car je voulais le faire à mon rythme habituel. De toute façon, elle dort encore. Si elle veut courir aujourd’hui, j’irai avec elle à son rythme et ça me fera quelques km de plus dans ma semaine. Demain, c’est ma première course officielle et elle sera là pour m’encourager. Elle est intéressée à courir et je crois que l’évènement la motivera. En tout cas, il est certain qu’on s’amusera. Je me sens tellement privilégiée. La vie est belle, n’est-ce pas?

1 2

%d bloggers like this: