5 Km

Où est ma motivation?

 Motivation

je me pose la question Bon, soyons honnêtes. Je ne suis pas toujours motivée et je parle souvent de motivation . Quand j’en manque, qu’est-ce que je fais? C’est ce que je me suis demandée ce matin. Je trouve ça difficile dernièrement d’aller courir. Cette semaine, y aller le matin a été plus difficile car j’avais des rendez-vous tôt lundi, mardi, mercredi et jeudi. Étant donné que je me lève un peu plus tard, je n’avais pas assez de temps pour y aller avant. Le faire en fin de journée est toujours un défi pour moi. J’y suis allée en fin d’après-midi lundi et mercredi. Il n’était donc pas question de ne pas courir aujourd’hui et jeudi,  avant de me coucher, j’avais décidé que ma course serait le matin. Donc, ce matin, je me suis levée vers 06:00, ce qui est déjà une heure plus tard que mon horaire du printemps. Il fait 23 degrés. Pas si pire. Pas de soleil, donc pas trop chaud. Hummm… Je me suis dit que je devais y aller. Je me suis donc habillée, j’ai mis mes souliers de course et ma montre, j’ai pris mon téléphone (pour le GPS). J’étais prête et… Ça ne me tente pas! Je me dis que j’ai seulement à sortir dehors, appuyer sur le chrono et ce sera parti. C’est ce que j’ai fait et ça a fonctionné. Allez hop! Je suis dans la rue. À environ 2:37 minutes, j’arrive à la piste cyclable. Je suis dans mon temps. Bon, il vente. Un autre hummm… J’ai décidé avant même de courir que celle-là n’allait pas être facile. J’ai du plomb dans les jambes… Je continue… Je sais où est mon premier kilomètre. Pourtant le GPS est silencieux. Coudonc? Je regarde et je n’ai pas dû appuyer comme il faut sur l’écran, rien n’est enregistré. Merde! Tout en continuant de courir, je le mets en marche. Bon, j’aurai au moins ça d’enregistré. Il vente toujours. J’ai l’impression de ne pas avancer. Mon dieu que cette course est  longue! Finalement, j’arrive à la demie de mon parcours à plus de 15 minutes. Je suis lente.

je suis lenteEnfin! J’aurai le vent dans le dos! Ben non! Il vente plus fort sur le retour. Je regarde ma montre, mes pulsations sont à 155-157. Quand je travaille fort, je suis autour de 163. Pourtant, je me sens plus essouflée qu’à l’habitude. Je sens que mon effort est plus important. Est-ce le vent de face qui me donne cette impression? Qui peut-être me coupe le souffle? J’ai vraiment le sentiment de ne pas avancer. Est-ce que cette course va finir un jour?

Finalement, j’arrive à la maison en 32 minutes. Pas mon meilleur temps pour un 5 km, mais c’est fait. Je suis frustrée de mon état d’esprit et de  mon état physique. Qu’est-ce qui se passe? Il y en a qui vont dire que c’est la pleine lune. Je n’achète pas. Je reprends mon souffle, je publie tout de  suite sur FB que ce n’était pas ma meilleure course, comme si j’avais à m’excuser,  à me justifier. Voyons donc la mère! Tu es sortie courir. Ça fait quoi que le GPS ne dise pas tout, que tu aies pris un peu plus de temps que d’habitude? Franchement, ça fait quoi? Ce sont les questions que je me suis posée après avoir pris une douche, lu le journal, fait mon Sudoku  et savourer mon latté du matin. Ça ne fait franchement rien! En fait, oui! Ça fait quelque chose. Ce quelque chose est mon orgueil. Je publie mes courses, mes entraînements, mes chronos et je ne veux pas être moins bonne que la fois précédente. Je veux être honnête, et je publie tout, avec quelques fois un commentaire pour expliquer ma performance, si ç’en est une. En même temps, je me dis que je ne suis pas une machine, que je ne suis pas réglée au quart de tour et que des fois, je me sens poche. C’est normal et c’est acceptable. Des fois, je ne suis pas motivée. Et ça aussi, c’est acceptable. Revenons maintenant à ma motivation. C’est bien beau vouloir faire un 10 km, avoir un record personnel, mais ce qui principalement me motive m’est revenue tantôt. C’est d’avoir un corps en santé et fort. D’être capable de me rouler dans l’herbe avec ma petite-fille et de faire la bicyclette sur le dos avec elle. On a fait ça hier. C’est d’être capable de continuer de faire les activités que je veux quand je veux et comme je veux. Mon effort quotidien (ou à tous les 2 jours ces temps-ci) est dans le but de me sentir bien à tous les jours même si parfois il y a une cinquantaine de minutes dans ma journée qui me sont parfois un peu plus difficiles.

motivation

Faire une activité physique quand on est motivé, c’est excellent, mais on a beaucoup de mérite quand ça ne nous tente franchement pas. Aujourd’hui, la Marie-Claude motivatrice lève son chapeau à l’autre Marie-Claude. La paresseuse qui est quand même aller courir ce matin.

Reprendre un horaire régulier

Yolthy est partie depuis mardi le 14 août. Je reviens tranquillement à mon horaire régulier, c’est à dire de me coucher plus tôt et de me lever plus tôt. J’ai tenté de me lever pour aller courir le matin la semaine dernière, et j’ai réussi 2 fois. Les 2 autres fois, j’ai couru en fin d’après-midi. La première course de la semaine, je suis allée avec Yolthy et Manon. La deuxième course fut avec Manon seulement et les deux autres je les ai couru seule, plus tôt le matin. Je trouve Manon bien bonne. J’ai été très impressionnée par sa cadence et sa consistance. Je crois que si elle court de façon régulière, elle sera une coureuse rapide. Il faisait quand même assez chaud et j’ai dû marcher à un moment, car j’avais chaud à un point tel que je ne me sentais pas bien. Manon suivait sans problème. Finalement, nous avons fait un parcours de 5.2 km en un peu moins que 35 minutes. Wow! Manon m’a confié que si elle est seule, elle ne courra pas. Je me suis habituée pendant l’été à courir en fin de journée, alors je lui ai dit que si elle voulait, nous pourrions nous rencontrer pour courir 3 fois par semaine en fin de journée. Je ferai mon minimum de 3 courses par semaine et elle aura une compagne de course. Vendredi, je suis allée courir tôt le matin et j’ai fait 5 km. Une de mes bonnes courses côté chrono.  Dimanche, après deux soirées de bonne bouffe et un peu trop de vin, je suis allée courir. Je voulais absolument avoir un parcours dans la région où nous étions, soit Magog. Je voulais ajouter un nouveau parcours sur mes applications de course. Mon plan était de courir pour 2.5 km et de revenir sur mes pas. Finalement, je me sentais bien, j’avais un bon rythme et je me suis dit que j’allais tenter de faire 10 km. Il faisait chaud, mais il y avait une belle brise et souvent de l’ombre sur le bord de la route. Je me suis dit que j’allais aller jusqu’à 5 km et revenir. Finalement, la route secondaire, sur laquelle je courais, rejoignait une route plus importante. Étant donné que les voitures roulaient déjà assez vite sur la route secondaire, j’ai décidé de faire demi-tour au croisement qui était à environ 4 km pour finalement courir un total de  7.96Km. C’est ma plus longue course à date. Je me sentais bien, j’ai fait une belle distance et c’était ma quatrième course de la semaine pour  un total de 23 km. J’étais assez contente de moi. J’avais les jambes un peu fatiguées, mais sans plus. Par la même occasion, j’essayais Runtastic Pro pour la 1ière fois. J’avais lu les commentaires des utilisateurs et Endomondo et Runtastic semblent être  les applications pour téléphone les plus appréciées. Je venais d’installer Runtastic et je l’ai utilisé simultanément avec Endomondo. Je voulais comparer les deux, pour finalement me rendre compte que je n’avais pas configuré Runtastic Pro en métrique. Avec Endomondo, lors de la mise à jour, l’application reprend les paramètres de la version gratuite. Ce n’est pas le cas de Runtastic Pro. Je m’en suis aperçue pendant la course. Je ne porte pas mes écouteurs lorsque je cours et j’entends mal les remarques des applications. Quel ne fut pas ma surprise d’entendre que je venais de compléter mon 1ier blablabla après un peu plus de 10 minutes. Je me suis dit que Runtastic Pro était vraiment mêlé, car je sais que je cours 1 km en plus ou  moins 6 minutes, pour finalement me rendre compte que Runtastic mesurait ma distance en milles. J’ai finalement décidé de garder les milles sur cette application. Une des raisons qui m’a fait prendre Runtastic Pro est aussi le composant de Google Earth. L’application refait votre course sur ce dernier et je trouve ça pas mal cool! En passant, j’ai aussi télécharger miCoach de Adidas et Sport Tracker, car Sandrine, une amie virtuelle, l’utilise. Je n’ai pas encore essayé ni un, ni l’autre. J’ai installé les versions gratuites. Je vais éventuellement les essayer, mais je ne sais pas trop quand. Utilisez-vous votre téléphone pour vous entraîner? Quelle application utilisez-vous? Je reviens donc à un horaire plus régulier pour l’entraînement et je me promets un automne tout en sueur. Je passe un été extraordinaire et plus, j’ai perdu 1.5 lbs. La vie est belle! http://www.runtastic.com/en/users/marie-claude-ayotte-2/sport-sessions/22377167

Méthode pour améliorer mon temps

Jeudi, pour la première fois de la saison et pour la deuxième fois depuis que je cours, j’ai fait un chrono en deça de 30 minutes. Quel bonheur et quelle victoire pour la coureuse que je suis! Je n’en revenais pas quand Endomondo m’a dit pendant ma course que j’étais à 29:46 lorsque j’ai atteint 5 km. Wow! J’ai couru vers 10:30, travail oblige, j’avais un rendez-vous tôt le matin et je n’ai pas eu le temps de courir avant d’y aller. Donc, il est 10:30, c’est ensoleillé avec quelques nuages. Quand je quitte, c’est ombragé. Je me dis pas trop chaud. Hummm… 400 mètres plus loin, c’est le gros soleil.  Un autre hummm! J’aurai dû mettre une casquette, mais bon. Il fait chaud et je me dis que je suis entrain de m’habituer à courir à la chaleur. Ça devrait m’aider pour dimanche. Alors, je me concentre. Je pense à plusieurs articles que j’ai lus dans le magasine Runner’s World. RW offre toujours, dans chaque édition, le « meilleur » programme pour, soit améliorer la vitesse ou la distance, ou le meilleur programme pour courir votre premier 5 km, 10 km, demi-marathon ou marathon etc. Une méthode qui revient assez régulièrement est de courir le plus rapidement possible sur une certaine distance. Selon le programme et les objectifs, la distance varie. C’est  400m, 800m ou 1 km pour ensuite courir à une cadence à laquelle on peut maintenir une conversation. Je ne mesure pas les distances. Ma façon de faire est de trouver un repère comme un arbre, l’abri d’autobus, une intersection etc. Je me dis que je vais courir le plus vite possible jusqu’à ce point. Par la suite, je maintiens une cadence de jogging pour quelques minutes. Je trouve un deuxième repère et je recommence et ainsi de suite. J’ai appliqué cette méthode pour ma course et cela a amélioré mon temps. J’en ai parlé avec Yolthy qui m’a dit avoir fait quelque chose de similaire lors de sa course. Elle a fait son 5 km en deça de 37 minutes hier. Souvenez-vous qu’elle a commencé à environ 45 minutes pour la même distance il y a environ 3 semaines. À mon avis, elle a l’avantage d’avoir 20 ans, mais quand même! J’ai aussi décidé de faire un peu plus de 5 km. Pas grand chose, 200 ou 300 mètres. L’effet psychologique est que si je fais ce petit extra lors de mes courses quotidiennes, lorsque viendra le temps de faire une course « officielle », je saurai que je peux terminer cette distance sans problème. Il existe plusieurs méthodes pour atteindre ses objectifs. Il faut y aller un pas à la fois et on ne peut que s’améliorer. Je sais que les chiffres ne sont pas tout, mais je peux vous dire qu’ils sont très encourageants. Il y a quelques jours, j’étais assez découragée quand j’ai obtenu un temps de 33:51 pour la même distance. Je suis fière de mes résultats, mais je suis d’autant plus fière de continuer à courir même quand les minutes ne me conviennent pas. Il n’y a rien comme s’améliorer pour l’estime de soi. Je cours depuis la mi-mai et je viens d’atteindre le but que je m’étais fixée, soit de courir 5km en 30 minutes ou moins. Maintenant, mon but est de maintenir ce résultat et de faire le 5km en moins de 29 minutes. Un pas à la fois, une minute à la fois…

Merci Émilie!

Merci Émilie pour le coup de pied au derrière! Quand on décide d’écrire des articles sur ce que l’on fait, beaucoup de gens sont au courant de nos activités. Et cette semaine, mon amie virtuelle Émilie m’a rappelée à l’ordre. Elle a eu la gentillesse de me mentionner que je m’étais inscrite à la Coupe Dix30 et qu’il fallait que je sois prête. Chère Émilie, j’ai fait mon 5 Km tantôt et ce fut mon meilleur temps! Hey oui! Je suis inscrite à une course pour le 8 juillet et je n’avais pas couru depuis le 26 mai… Ouin! J’avais mes raisons, mais, moi qui se dit très disciplinée et qui manque rarement de motivation, eh bien, j’en avais un peu moins cette semaine. J’étais fatiguée et j’ai mal planifié mon horaire. Ce matin, je me suis levée reposée. J’avais en tête d’aller courir, mais encore une fois, je me suis prise à faire toutes sortes de choses pour retarder mon départ. J’ai remarqué que quand je ne fais pas d’entraînement pendant plus de 2 jours, c’est plus difficile de reprendre que lorsque j’en fais régulièrement. Pourquoi? Je n’en sais rien. Toujours est-il que je suis finalement partie vers 06:32. Ce fut mon meilleur temps depuis le début de la saison. 5 km en 30:48. J’ai croisé à peu près les mêmes gens que d’habitude. Plusieurs gens asiatiques agés qui se promènent de bonne heure à Brossard, quelques cyclistes qui roulent à une vitesse assez incroyable et un beau petit lapin qui semble m’avoir fait un beau clin d’oeil. Pas de mouffette ce matin et il devait être un peu tard car je n’ai pas entendu de cardinal. Un merveilleux début de journée. Je suis maintenant assise dans mon jardin. J’ai préparé la pataugeuse pour notre petite-fille qui passera plus tard dans la journée accompagnée de ses parents. Je bois mon délicieux latté et je regarde la verdure. J’ai la satisfaction d’avoir couru et je me sens merveilleusement bien. Quoi demander de plus?

Je suis inscrite à la Coupe Dix30

C’est fait! Je suis inscrite pour une course « officielle »! Ce sera la troisième étape de la Coupe Dix30 qui aura lieu le 8 juillet au Parc Pierre Laporte à Boucherville. J’ai tenté de m’inscrire à d’autres évènements un peu plus tôt en saison, mais les inscriptions étaient déjà fermées pour les 5 Km. J’ai l’ambition de compléter un 10 km officiel, mais j’aime mieux commencé par un 5 Km. Comme quoi, la course, c’est populaire. Je serai à l’extérieur du Québec pendant une dizaine de jours en juin. Cela a aussi éliminé quelques évènements. Je n’en suis pas encore au point où je vais me déplacer trop loin pour participer à une course. Et avec la circulation qui est assez mauvaise autour de l’île de Montréal cet été, je me contente de choisir des évènements en Montérégie. J’aime ma rive-sud. Je regardais les photos de la Coupe Dix30, et je dois avouer que de voir la foule à la ligne de départ m’intimide beaucoup. Je ne sais pas comment ça se passe sur place, mais je peux vous dire que pour quelqu’un comme moi qui aime sa course le matin vers 05:30- 06:00, justement parce que je suis toute seule et qu’il y a à peu près personne autour de moi, je me demande comment je vais réagir à cette foule. À cause de ça, j’ai hésité à m’inscrire.  Mais bon, je vais peut-être aimer la sensation, mais j’en doute. Il faut le faire pour le savoir. Et puis l’enfant en moi veut toujours son dossard, sa photo et sa médaille. J’ai décidé de changer mon approche pour mon programme d’été. Il y a 4 semaines, j’avais décidé de faire un combo de course et de Insanity Asylum. J’essaie de courir 3 fois semaine mais j’ai constaté que je ne faisais pas assez de résistance à mon goût avec Asylum qui est plus axé sur le cardio. Il y a bien sûr le DVD Strenght qui utilise des poids, mais je trouve que ce n’est pas assez. Je ne suis pas certaine de ce que je veux faire, sauf pour la portion course. Je veux garder ce que j’ai acquis avec la résistance, et je veux vraiment allonger ma distance et mon temps de course. J’ai revisité le programme Supreme 90 Day (j’ai fait 3 DVD la semaine dernière) et j’ai pensé à faire la portion résistance de P90X. Justement ce matin, j’ai fait Chest & Back pour voir où en j’étais. Hummm! J’ai besoin de retourner à  la chin-up bar! Pour ce qui est des push-ups, j’ai aimé les résultats. Je peux en faire un nombre que je considère respectable et j’ai égalé ou surpassé le nombre de répétitions que je faisais lorsque je j’ai fait ce programme la dernière fois.  Mais pour tout ce qui est des pull-ups et des chin-ups. Ouach! Je me suis trouvée vraiment poche! Comme je serai à l’extérieur à la fin juin, je ne suis pas certaine de ce que je ferai pendant cette période. Courir, n’est pas un problème. Mes souliers et des vêtements confortables sont tout ce sont j’ai besoin. Pour la résistance, je peux toujours apporter mes DVD et mes bandes de résistances. Car avec P90X, le programme peut se faire en entier avec des bandes de résistance. Je possède présentement 2 bandes. Une avec une résistance de 25 lbs et l’autre de 50 lbs. Ça devrait faire l’affaire. Je m’en vais visiter ma fille et je lui apporte le programme Turbo Fire. Elle a déjà Insanity, alors, j’aurai tout de même quelques choix tout dépendant de mon emploi du temps. Mais, comme l’important est de bouger, quelque soit l’option, si je bouge, c’est ça qui est important.

Course du matin

Je suis assez contente de moi. Je viens de faire pour une deuxième fois un peu plus de 7 Km. Je ne trouve pas ça facile mais le sentiment de bien-être et de bonheur une fois complété est incroyable! Je me sens tellement bien. Et regardez ce paysage! Comment ne pas aimer sa course du matin?
Courir dans un tel environnement est apaisant pour l’âme.
C’est ce que je vois au départ. Je prend environ 2:30 minutes pour me rendre à la piste cyclable. Cette première tranche est mon échauffement.
Départ
Je lisais dans Runner’s World que c’est bien de faire une portion avec une cadence plus élevée suivie d’une cadence plus lente, dite de récupération. Selon l’article, de courtes périodes de récupération vont permettre de conserver l’intensité de la course et apprendre au corps à courir et surmonter la fatigue. Le corps devient donc plus efficace à éléminer l’acide lactique qui cause le sentiment de chaleur dans les muscles. Tout dépendant de  votre type de course, il existe trois mécanismes énergitiques. Quand je commence, je cours plus rapidement et j’essaie de maintenir pour 5-6 minutes. Je ralentis un peu pour 3-4 minutes et j’essaie d’augmenter à nouveau pour un autre 5-6 minutes. J’ai amélioré mon temps avec cette méthode. Quand j’arrive à la piste cyclable, je suis en mode course pour le meilleur et pour le pire. J’exagère un peu, et c’est probablement psychologique, mais à partir de là, la course est officiellement commencée . Ci-dessous est mon deuxième point de référence. C’est là que la course est en ligne droite. Pas d’élévation, pas de courbes. Seulement le soleil qui se lève sur ma droite et la pelouse qui est verte, humide et tellement invitante. De part et d’autre, les maisonnées qui doucement se réveillent. Très tôt le matin, je croise des petits lapins sauvages, parfois une mouffette. J’entends le chant des oiseaux et il y a toujours un cardinal à chaque étape de mon parcours qui semble m’encourager. C’est vraiment bien. Je cours comme ça pour environ 1.3 à 2.5 Km tout dépendant si je fais 5 ou 7 Km.  Lorsque je fais demi-tour, le soleil est déjà haut dans le ciel et la journée est définitevement commencée. Dans un pamphlet de Runner’s world, il y a les trucs et conseils de plusieurs coureurs et entraîneurs. Les commentaires suivants me conviennent et c’est ce à quoi je pense quand je cours ma portion en ligne droite.( traduction libre)
  • Avoir de l’endurance est de continuer lorsque votre corps ou votre manque de motivation vous dit d’arrêter. Eric Zorn, marathonien.
  • La plus grosse erreur que font les débutants est de penser à augmenter la distance. Les débutants doivent penser en minutes, non pas en kilomètres.Budd Coates, quatre fois entraîneur pour l’équipe marathonnienne olympique américaine.
  • Ne serrez pas les poings. Courez plutôt comme si vous teniez un oeuf dans chaque main et que vous les protégez. – Éditeur de Runner’s world
  • Relaxez au maximum. Relaxez les mâchoires, ne pas contracter les épaules près de vos oreilles et occasionnellement, secouez vos mains et vos bras afin de les relaxer. – Dave Martin, Ph. D. psychologue en exercice.
Lorsque j’atteins la moitié de ma course, je marche rapidement habituellement pour une minute, que ce soit 5 ou 7 km. J’ai remarqué que lorsque je prends cette « pause », je reprends de plus belle. Finalement, je reviens à la portion finale de ma course où c’est plus boisé. Alors là, je sais que c’est fait. Ce n’est qu’une question de 4 minutes.
Il me reste environ 4 minutes
Il me reste environ 3 minutes
Ça y est! Je vois les arbres devant ma maison!
Les gros arbres au bout sont ma ligne d’arrivée
C’est fait! Je viens de terminer une autre course. Que ce soit 5, 7 ou même 2.7 km, courir fait du bien et je ne pourrais mieux commencer ma journée. Et même lorsque la motivation n’est pas au rendez-vous, courir un peu, même une quinzaine de minutes, fera toute la différence. C’est ce qui m’est arrivée hier. La citation ci-dessous m’a motivée. Prenez le temps de faire une petite vite. Quinze minutes de course, c’est mieux que de ne pas courir du tout.Dr. Ducan MacDonald, ancien détenteur record du 5000 mètres. Je vous souhaite une excellente journée et n’oubliez pas qu’un peu est déjà mieux que pas du tout.

Pourquoi je cours

J’ai commencé la course au milieu des années 90 lorsque j’habitais au Cambodge. Je ne me souviens plus trop ce qui m’a poussée à le faire. Je sais que je voulais me tenir en forme et j’ai toujours aimé ne pas dépendre des horaires des centres de conditionnement. Je sais que j’avais déjà le restaurant quand j’ai commencé, alors on est en 1995. J’avais déménagé pas loin du monument de l’indépendance qui est un très beau parc avec une piste pour marcher (ou courir) autour. C’était à 200 mètres de ma porte. Je me levais vers 05:00 et hop! Je partais pour un 5 km. J’ai toujours été impressionnée par les gens qui font des marathons et toutes sortes d’activité d’endurance. J’ai le souvenir de toujours avoir admiré ces personnes dédiées qui se soumettent à une discipline et qui par leur désir, leur résilience et leur engagement accomplissent des défis d’ordre physique. Parce que l’on le sait. Une performance physique a beaucoup plus à voir avec notre état d’âme et notre volonté que de notre condition physique comme tel. Je voulais faire partie des gens qui surmontent leurs propres limites et défis. Le sentiment d’accomplissement lorsque l’on a terminé et aussi ce sentiment de force, de puissance et de bien-être qui nous habitent une fois terminé. Non, je n’ai pas encore fait de marathon, de demi-marathon, ni de course officielle. Je ne crois pas que ce soit nécessaire pour être un coureur, mais, j’y aspire. Courir me procure un sentiment de satisfaction, de surpassement quand jour après jour, je me lève et je fais cet effort. J’admire les gens qui dans un climat comme le nôtre, courent, hiver comme été. Ce sont des personnes qui ont cet engagement envers eux-mêmes qui me motivent. Je lis leur programme, leur blog, leur méthode et je ne peux que les respecter. Aller voir ce que ça prend: Trainingforboston. Pour ma part, quand la noirceur et le froid se pointent, j’aime mieux m’entraîner à l’intérieur et choisir une autre forme de mise en forme. Je caresse depuis longtemps le désir de participer à un évènement « officiel ». Ça peut sembler puéril, mais d’avoir mon dossard avec mon numéro, ma médaille, mon temps officiel et ma photo franchissant la ligne d’arrivée me rendraient tellement fière. Même si ce n’est qu’un 5Km. Est-ce que c’est nono? Je trouve que oui, mais je m’en fous un peu. Maintenant que ma saison de course est officiellement commencée, je vais m’inscrire à un évènement près de chez moi et je vais réaliser cet objectif qui ma foi, n’est pas hors de portée. J’ai trouvé ces liens pour les courses dans mon coin.  Iskio.ca et eventonline.ca. Il y a plein d’évènements pratiquement dans ma cour. Je me donne 2-3 semaines et je fais une course, c’est certain! Je viens de terminer ma 3ième course de la semaine et je me sens tellement bien et sereine. Je prends mon café sur le balcon et c’est ce que je regarde. Pourquoi je cours? Parce que ça me rend heureuse. Aussi simple que ça!

Insanity The Asylum et la course

Je suis repartie pour un autre 30 jours. Hier, j’ai fait ma première course depuis janvier. Pas trop longue, 2.7 km. Ça a très bien été et il faisait tellement beau. Il n’y a rien comme un matin ensoleillé pour démarrer sa journée au pas de course. Au niveau cardio, ce qui est intéressant est que le pouls demeure assez stable. Je me suis maintenue autour de 155/min. Quand je fais Insanity, je monte et je descends. La moyenne est plus basse. Ça explique aussi le nombre de calories brûlées pour une séance donnée. Aujourd’hui, j’ai fait le DVD Strenght de Insanity The Asylum. C’est un mélange de résistance et de cardio. Ce sont des mouvements avec lesquels je suis familière, mais la cadence est rapide. C’était plus difficile que dans mes souvenirs. J’avais fait ce programme en novembre et je m’étais dit à ce moment là que j’aurais à le refaire afin d’obtenir des résultats digne du programme. J’avais raison. Une fois de plus, c’est un programme demandant, difficile et gratifiant. Je me souviens aussi d’avoir participé à une discussion où on demandait quel était votre DVD préféré de Asylum et j’avais répondu Strenght. On va voir avec les jours qui suivent si c’est toujours mon opinion. Pour ce qui est de la course, ça m’arrive à chaque fois. Le lendemain d’une course quand ça fait longtemps que je n’ai pas couru, j’ai des courbatures au niveau des cuisses et au niveau des abdominaux. Rien de bien important, mais des courbatures tout de même. Pour celle qui parlait d’avoir un tronc d’acier, ça surprend un peu, mais quand on change d’entraînement, on change souvent de muscles! Demain, je prévois courir 5 km. Je ne suis pas inquiète, mais j’espère qu’il fera beau. Je ne suis pas très motivée quand il fait froid ou il pleut.

1 2

%d bloggers like this: