Je viens de visionner une entrevue de Tony Horton qui parle du programme P90X2 qui sera disponible en décembre. Il a dit quelque chose de très intéressant. Lorsque l’on fait un programme comme P90X, on n’est pas supposé  réussir à faire tous les exercices les premières fois qu’on les fait. Si c’était le cas, il n’y aurait pas d’amélioration et c’est pour cette raison que les gens qui font des exercices faciles pour eux ont des plateaux, que ce soit pour la perte de poids ou l’amélioration de la performance. Il a mentionné qu’il est normal de commencer à maîtriser un exercice parfois après 6 ou 7 fois, que lui-même, lors de la création d’un programme, il ne maîtrise pas nécessairement les exercices dès le début. Cela me console, car justement, ce matin, j’ai commencé un programme hybride avec Asylum et P90X. Le premier entraînement est Chest & Back (de P90X), c’est à dire divers types de push-ups avec des chin-ups, pull-ups, etc. La dernière fois que j’avais fait ce DVD remontait à Juin.  J’ai trouvé ça difficile. Pourtant, je fais P90X depuis janvier 2010! Ceci étant dit, j’ai fait mon entraînement avec mes fiches de travail afin de noter le nombre de répétitions et les poids utilisés. Après mon entraînement, j’ai comparé mes fiches du mois de juin avec les données de ce matin.  Pour certains exercices, j’ai fait l’équivalent et parfois mieux. Pour d’autres, c’était moins bien.  Pourtant, je n’ai pas arrêté de m’entraîner depuis juin. Comment puis-je perdre de ma performance? Ça m’a consolé de savoir que malgré le fait que j’ai trouvé cela difficile et que je n’ai pas tout à fait égaler mes derniers résultats, il est normal de ne pas maîtriser tous les exercices. C’est fou, mais je me sentais poche et j’étais déçue… À la lumière de ce que je viens de visionner, je me sens mieux et si Tony Horton  a parfois de la difficulté à maîtriser ses exercices et qu’il passe ses journées à s’entraîner, je crois que je ne suis pas si pire que ça à raison de plus ou  moins 60 minutes par jour. Une autre chose qu’il a dite: “Je n’aime pas certains exercices, parce que je ne suis pas bon quand je les fais”. C’est la même chose pour moi et probablement pour tout le monde. Ce n’est pas vraiment plaisant de faire quelque chose à laquelle on n’est pas bon, mais plus on le fait, plus on s’améliore et on en vient à aimer ça. Visionner cette entrevue m’a fait du bien. Finalement, je suis meilleure que je pensais et de toute façon, à mesure que je m’améliore, mon niveau de difficulté va augmenter et ce n’est jamais fini. C’est ça mon défi.

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

WordPress spam blocked by CleanTalk.

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.