C’est fait! C’est officiel! Je peux maintenant dire que je cours 8 km! Je l’ai fait pour la deuxième fois samedi matin. Je me rapproche tranquillement de mon objectif de 10 km. Le succès n’est jamais de franchir  un grand pas dans le futur, mais de faire un petit pas maintenant et à tous les jours. C’est comme ça que je me sens avec la course. Ça fait longtemps que je veux courir 10 km. J’y pense et je suis toujours en admiration devant les gens qui le font. Toujours à me demander, mais comment font-ils? Ils l’ont fait une étape à la fois. Et c’est ce que j’ai fait. Mon ambition de le faire est là, mais à toutes les fois que je me disais, allez Marie-Claude, cours un peu plus loin cette fois-ci, à chaque fois, je ne me sentais pas vraiment prête ou capable de le faire. La semaine dernière, lors de mon séjour à Cedar Lodge, j’ai couru sur une route que je ne connaissais pas. Je me sentais bien, j’ai continué et pouf! 8 km! Samedi matin, je me suis dit que j’allais faire 7 km, car c’est un parcours que j’avais déjà fait en début de saison. Je ne connaissais pas la piste cyclable dans ce coin et je suis allée jusqu’à ce que la piste quitte le parc et tourne sur une rue résidentielle. C’est là que j’ai fait demi-tour. J’étais à un peu plus de 4 km. Sur le retour, j’ai marché pour 45 secondes à un peu plus de 7 km.  Pour le reste, j’ai couru à une cadence moins grande, mais quel bonheur! Je suis très satisfaite. Dans certains plans d’entraînement, on suggère d’ajouter 10% par semaine de la distance que l’on fait habituellement. Donc pour 5 km, on ajouterait 500m par semaine. Sur une période de 10 semaines, on pourrait donc courir 10 km. Je sais que j’en ai ajouté un peu plus, mais je me sentais capable, j’avais décidé que j’allais le faire et ça a fonctionné pour moi. Le but est d’allonger la distance sans se bousculer et le faire à son rythme. Et surtout de le faire quand on se sent prêt, ou presque… Une chose dont je me suis rendue compte, c’est qu’il est mieux pour moi de décider de la distance à faire et de m’éloigner de mon point de départ à au moins la moitié de la distance choisie et de faire demi-tour à ce moment là. Quand je vais dans une direction jusqu’à la moitié de la distance que je veux courir, je n’ai pas le choix, il faut que je revienne, alors il est certain que je couvrirai la distance choisie quitte à en marcher une portion. Quand il faut, par exemple,  faire  3 tours, j’ai tendance à vouloir arrêter parce que je reviens au point de départ à chaque tour et c’est plus facile d’arrêter.  C’est psychologique, mais c’est ma solution. Je crois aussi qu’il faut toujours en faire un peu plus que l’on se croit capable. Que ce soit une centaine de mètres ou d’aller plus vite, y aller sur une pente etc. C’est comme ça qu’on s’améliore. Qu’on devient notre propre succès. Je compte courir 10 km bientôt et ma foi! Je crois que je suis sur la bonne voie.

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire le pourriel. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.