Je vous ai mentionné lors de mon article précédent que je courais en mode vacances, que je ne regardais pas trop mon temps. C’est toujours vrai, mais j’aime quand même faire un effort. Je lisais sans la dernière édition du Runner’s World que pour améliorer son temps, il est bien de courir sur des surfaces en pente. Cela a pour effet de renforcer les jambes, de faire un plus grand effort au niveau cardio pour finalement améliorer la cadence lorsque l’on court sur le plat. Je me disais que c’est bien beau, mais je n’ai pas de pentes dans les environs. J’ai réalisé que je me suis trompée. Lorsque je fais ma route du Parc Léon-Gravel, sur le bord du fleuve, le long de la 132, il y a quelques pentes. Elles sont de bien courte distance, mais elles sont là. Elles ne sont pas sur la piste cyclable, car celle-ci les contourne, mais elles sont là. Je me suis dit que je n’avais qu’à traverser de bord en bord de la piste cyclable quelques fois et j’aurais mes pentes. Je n’ai pas bien mesuré la distance que cela couvre, mais si je le fais quelque fois, soit entre 5 et 10 fois,  je pourrais probablement couvrir près de 1000m. Ça pourrait faire une différence. De plus, c’est une surface de gazon. Ça ajouterait à l’effort. Lors de ma dernière course, j’ai monté et descendu la petite colline une fois, pour essayer. L’effort était là. Je vais tenter de le faire quelques fois lors de ma prochaine course pour voir ce que ça donne. Il est certain que ça me prendra plus de temps, mais je vais probablement pomper, et ça, j’aime ça! Il faut juste que j’oublie le chrono encore plus. Ah! Ces chiffres qui me hantent!

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

WordPress spam blocked by CleanTalk.