Depuis le début de l’été, je suis allée à Kelowna et à Waubaushene. Je me suis dit qu’à chaque endroit où j”allais, ce serait bien que je cours. J’aime bien, après une course dans un endroit qui ne m’est pas familier, aller voir la carte satellite sur Endomondo. Je peux voir le quartier, la route ou le sentier que j’ai suivi et je trouve ça très intéressant. Ma dernière visite a été a Waubaushene en Ontario. J’ai couru deux fois. J’ai pris des chemins différents les 2 jours. Le premier matin, je suis allée au bout du chemin de la petite ferme où je séjournais, j’ai tourné à gauche et j’ai suivi la route pour 2.5 km. Terre battue, mais ferme. La course fut très agréable. Le défi a été que la moitié du parcours était presque tout le temps en pente ascendante. C’était plus difficile, mais j’étais seule avec la nature et ma chienne Tosca qui a décidé de me suivre. Habituellement, à la maison, elle est attachée quand elle est dehors. À Waubaushene, elle a été libre d’aller comme bon lui semblait pendant notre séjour. Notre Tosca a 14 ans, et elle a eu de la difficulté à me suivre. Il a fallu que je l’attende au quatrième kilomètre. Elle avait la langue  bien longue. Donc, plus de pentes pour le premier 2.5 km et plus d’efforts! C’était un bel exercice pour mes jambes. Évidemment, le retour fut plus rapide, mais mon temps a quand même été plus long. Ce fut une très belle sortie. Le lendemain, je suis allée au bout du chemin mais cette fois, j’ai tourné à droite. Environ 150-200 mètres plus loin, j’ai encore tourné à droite et j’ai pris un sentier qui mène à des petites chutes. Un bel environnement pour courir. Du feuillage, de l’ombre, les sons de la nature. C’était très serein. L’hiver, c’est un sentier pour les motoneiges. Le défi de cette course a été la surface molle en sable.  Plus difficile sur les jambes, les mollets surtout. Il faisait chaud, mais j’étais à l’ombre. J’avais oublié ma montre, donc je n’avais pas mon moniteur de fréquence cardiaque, mais je n’ai pas eu l’impression que je faisais un effort hors de l’ordinaire. J’ai vraiment aimé cette course. C’était différent. Encore une fois, toute seule dans la nature. J’ai réalisé que ce type de sentier  me plaît beaucoup. Ce que j’apprécie de la course est que ça se fait n’importe où. Tout ce dont on a besoin est une bonne paire de chaussures. On peut le faire à n’importe quelle heure, pas besoin d’équipement à part les souliers et des vêtements confortables. Et hop! On est parti! Bien sûr, on peut utiliser quelques gadgets, mais ils ne sont pas nécessaires. Un bel exemple, j’ai oublié ma montre et mon moniteur de fréquence cardiaque et ça ne m’a pas empêchée de courir. Je suis de retour à Brossard et la piste cyclable est juste à côté. C’est très pratique, mais je vais regarder s’il n’y aurait pas de sentier pas trop loin pour une fois de temps en temps courir sur une surface différente. J’ai trouvé cela très agréable. Et vous, sur quelle surface courez-vous?

Laissez un commentaire