Month: juillet 2012

Courir sur de nouvelles surfaces

Depuis le début de l’été, je suis allée à Kelowna et à Waubaushene. Je me suis dit qu’à chaque endroit où j »allais, ce serait bien que je cours. J’aime bien, après une course dans un endroit qui ne m’est pas familier, aller voir la carte satellite sur Endomondo. Je peux voir le quartier, la route ou le sentier que j’ai suivi et je trouve ça très intéressant. Ma dernière visite a été a Waubaushene en Ontario. J’ai couru deux fois. J’ai pris des chemins différents les 2 jours. Le premier matin, je suis allée au bout du chemin de la petite ferme où je séjournais, j’ai tourné à gauche et j’ai suivi la route pour 2.5 km. Terre battue, mais ferme. La course fut très agréable. Le défi a été que la moitié du parcours était presque tout le temps en pente ascendante. C’était plus difficile, mais j’étais seule avec la nature et ma chienne Tosca qui a décidé de me suivre. Habituellement, à la maison, elle est attachée quand elle est dehors. À Waubaushene, elle a été libre d’aller comme bon lui semblait pendant notre séjour. Notre Tosca a 14 ans, et elle a eu de la difficulté à me suivre. Il a fallu que je l’attende au quatrième kilomètre. Elle avait la langue  bien longue. Donc, plus de pentes pour le premier 2.5 km et plus d’efforts! C’était un bel exercice pour mes jambes. Évidemment, le retour fut plus rapide, mais mon temps a quand même été plus long. Ce fut une très belle sortie. Le lendemain, je suis allée au bout du chemin mais cette fois, j’ai tourné à droite. Environ 150-200 mètres plus loin, j’ai encore tourné à droite et j’ai pris un sentier qui mène à des petites chutes. Un bel environnement pour courir. Du feuillage, de l’ombre, les sons de la nature. C’était très serein. L’hiver, c’est un sentier pour les motoneiges. Le défi de cette course a été la surface molle en sable.  Plus difficile sur les jambes, les mollets surtout. Il faisait chaud, mais j’étais à l’ombre. J’avais oublié ma montre, donc je n’avais pas mon moniteur de fréquence cardiaque, mais je n’ai pas eu l’impression que je faisais un effort hors de l’ordinaire. J’ai vraiment aimé cette course. C’était différent. Encore une fois, toute seule dans la nature. J’ai réalisé que ce type de sentier  me plaît beaucoup. Ce que j’apprécie de la course est que ça se fait n’importe où. Tout ce dont on a besoin est une bonne paire de chaussures. On peut le faire à n’importe quelle heure, pas besoin d’équipement à part les souliers et des vêtements confortables. Et hop! On est parti! Bien sûr, on peut utiliser quelques gadgets, mais ils ne sont pas nécessaires. Un bel exemple, j’ai oublié ma montre et mon moniteur de fréquence cardiaque et ça ne m’a pas empêchée de courir. Je suis de retour à Brossard et la piste cyclable est juste à côté. C’est très pratique, mais je vais regarder s’il n’y aurait pas de sentier pas trop loin pour une fois de temps en temps courir sur une surface différente. J’ai trouvé cela très agréable. Et vous, sur quelle surface courez-vous?

Comment se procurer un programme de BeachBody

logo Beachbody

Programmes BeachBody

Plusieurs d’entre vous m’ont demandé comment se procurer les programmes Insanity, Asylum, Turbo Fire, P90X ou P90X2 qui sont des produits de BeachBody. Si vous habitez aux États-Unis ou au Canada, cliquez ici. Pour les autres pays, composer le 1 (800) 998-1681. Anglais seulement. Pour commander en ligne, allez sur leur site pour choisir le programme désiré. Ensuite, si vous habitez aux États-Unis ou au Canada, vous pouvez commander le produit directement ici.  Si vous habitez à l’extérieur des États-Unis ou du Canada,vous devez  envoyer un courriel à international@beachbody.com avec les informations suivantes:
  • Nom apparaissant sur la facture
  • Adresse de facturation (code postal et pays REQUIS):
  • Adresse de livraison complète (code postal et pays REQUIS)
  • *Aucune livraison à une boîte postale
  • Adresse courriel
  • Produit choisi
  • Numéro de téléphone
  • Le meilleur moment pour vous joindre. Indiquez la zone.
Seulement les paiements par carte de crédit sont acceptés. Le paiement total sera facturé en dollars américains. Une fois que votre commande est complétée, un numéro de confirmation sera envoyé à votre adresse de courriel. Le délai de livraison est 5-10 jours ouvrables à compter de la date d’expédition par Fedex International. S’il vous plaît, notez que BeachBody n’est pas responsable pour tous frais d’expédition et de manutention supplémentaires facturés par votre service de courrier local pour la livraison du produit dans votre pays. BeachBody français     * Ceci est une traduction libre de l’information disponible sur le site de BeachBody. Aucune information ne semble disponible en français. Cette information est seulement pour aider les gens résidant à l’extérieur des États-Unis ou du Canada. Elle est non officielle. Visitez le site officiel de beachbody.com pour en savoir plus.

Coupe Dix30 étape 4 à St-Hubert

Dimanche, je participais à l’étape 4 de la Coupe Dix30 à St-Hubert. C’était ma deuxième course officielle. À mon grand bonheur, Yolthy a fait le 5 Km avec moi. C’était sa première course officielle et ma foi, elle s’en est très bien tirée. Je suis très fière d’elle. Elle a fait une courte vidéo que vous pouvez visionner sur la page Facebook de A ma porte. La température était semblable lors des deux évènements auxquels j’ai participé. Journée ensoleillée, autour de 23 degrés avec une petite brise. Environ 300 participants. La course se déroulait autour d’un lac dans un très beau parc de St-Hubert. Au départ, j’ai eu les mêmes réactions que la première course. Sur le premier kilomètre, je me demandais ce que je faisais là. Le parcours était très joli, mais je n’ai pas aimé que l’on court sur une largeur d’environ 2 mètres. L’effet entonnoir était intense. Cétait dense. Il semblait y avoir beaucoup de monde. Chacun voulant faire sa place, créer son espace et sa cadence. Lors de ma première course, c’était la largeur d’une rue. Beaucoup plus facile à gérer pour une novice comme moi. Environ au deuxième kilomètre, j’étais dans ma course, et le reste a bien été. Il faisait chaud. Lors de la course de l’étape 3 à Boucherville, j’avais couru 5 km, la veille, soit le samedi. Cette fois, j’ai choisi de ne pas courir la journée d’avant pour voir si mon temps serait meilleur en ayant une journée de repos avant la course. Il s’est avéré que ça m’a pris 18 secondes de plus. Il faut mentionné que j’avais mon téléphone que j’avais mis dans le rebord de mon short. Je venais tout juste de terminer ma deuxième boucle quand j’ai entendu quelqu’un dire: « Quelqu’un a perdu son téléphone! » J’ai mis ma main à ma taille et c’était moi. J’ai dû retourner sur 10-15 mètres pour le récupérer. Ça a dû me coûter quelques secondes. Mais bon, je ne crois pas que ça fasse une grande différence.  Et, suite à cela, je me suis achetée un brassard sur amazone.ca. Ma stratégie a été sensiblement la même que la dernière fois. Après 300 ou 400 mètres, quand les coureurs se sont un peu dispersés, j’ai identifié quelques personnes à suivre. Contrairement à ma course précédente, où j’ai perdu mes repères faute de pouvoir maintenir leur cadence, j’ai identifié 4 personnes avec qui j’ai couru sur la presque totalité du parcours. Je les remercie pour m’avoir permis de garder le rythme. Quand je m’entraîne ou quand je cours, je le fais quand je suis prête, quand c’est mon heure. Et c’est l’aspect que j’aime de pouvoir m’entraîner toute seule à la maison ou sur la piste cyclable près de chez moi. C’est moi qui décide. Je me suis rendue compte que lorsque je cours lors d’un évènement organisé, je n’ai pas ce contrôle. Je dois me présenter à un endroit spécifique, à une heure spécifique et attendre que le départ soit donné. Je réalise que cet aspect est celui qui me dérange le plus. Et je crois que c’est une belle leçon d’humilité pour moi. C’est tout à mon avantage d’apprendre à me plier à un certain encadrement, même pour l’entraînement. Yolthy a terminé la course en 40 minutes. La belle enfant s’était couché à 03:30. Ben oui! Elle est en visite dans la région de Montréal et son amie lui a demandé de sortir. Elles se voient une fois par année. Et c’était un samedi soir. Ah jeunesse! Toujours est-il que malgré avoir eu à peine 3 heures de sommeil, elle a terminé sa course. Je suis allée à sa rencontre pour l’accueillir et la féliciter à l’arrivée. Manon, notre photographe, était là aussi. Il y avait beaucoup de « high 5 ». J’ai aussi eu le bonheur de rencontrer Maxime et Benoît. Deux amis virtuels qui participaient aussi à la course. C’est très plaisant d’échanger en ligne avec des gens qui ont les mêmes intérêts, mais c’est encore plus agréable de les rencontrer en chair et en os. La communauté internet existe et elle est bien vivante. Ce fut un réel plaisir de pouvoir serrer la main de deux personnes qui m’encouragent. En principe, je devrais participer à l’étape 5 de la Coupe Dix30 qui est le 19 août au Quartier Dix30 à Brossard. Yolthy sera repartie en Colombie-Britannique à ce moment là, entrain de faire son cours de premier soin. Si vous êtes de la région, j’aimerais sincérement vous y rencontrer. Bonne course!

Méthode pour améliorer mon temps

Jeudi, pour la première fois de la saison et pour la deuxième fois depuis que je cours, j’ai fait un chrono en deça de 30 minutes. Quel bonheur et quelle victoire pour la coureuse que je suis! Je n’en revenais pas quand Endomondo m’a dit pendant ma course que j’étais à 29:46 lorsque j’ai atteint 5 km. Wow! J’ai couru vers 10:30, travail oblige, j’avais un rendez-vous tôt le matin et je n’ai pas eu le temps de courir avant d’y aller. Donc, il est 10:30, c’est ensoleillé avec quelques nuages. Quand je quitte, c’est ombragé. Je me dis pas trop chaud. Hummm… 400 mètres plus loin, c’est le gros soleil.  Un autre hummm! J’aurai dû mettre une casquette, mais bon. Il fait chaud et je me dis que je suis entrain de m’habituer à courir à la chaleur. Ça devrait m’aider pour dimanche. Alors, je me concentre. Je pense à plusieurs articles que j’ai lus dans le magasine Runner’s World. RW offre toujours, dans chaque édition, le « meilleur » programme pour, soit améliorer la vitesse ou la distance, ou le meilleur programme pour courir votre premier 5 km, 10 km, demi-marathon ou marathon etc. Une méthode qui revient assez régulièrement est de courir le plus rapidement possible sur une certaine distance. Selon le programme et les objectifs, la distance varie. C’est  400m, 800m ou 1 km pour ensuite courir à une cadence à laquelle on peut maintenir une conversation. Je ne mesure pas les distances. Ma façon de faire est de trouver un repère comme un arbre, l’abri d’autobus, une intersection etc. Je me dis que je vais courir le plus vite possible jusqu’à ce point. Par la suite, je maintiens une cadence de jogging pour quelques minutes. Je trouve un deuxième repère et je recommence et ainsi de suite. J’ai appliqué cette méthode pour ma course et cela a amélioré mon temps. J’en ai parlé avec Yolthy qui m’a dit avoir fait quelque chose de similaire lors de sa course. Elle a fait son 5 km en deça de 37 minutes hier. Souvenez-vous qu’elle a commencé à environ 45 minutes pour la même distance il y a environ 3 semaines. À mon avis, elle a l’avantage d’avoir 20 ans, mais quand même! J’ai aussi décidé de faire un peu plus de 5 km. Pas grand chose, 200 ou 300 mètres. L’effet psychologique est que si je fais ce petit extra lors de mes courses quotidiennes, lorsque viendra le temps de faire une course « officielle », je saurai que je peux terminer cette distance sans problème. Il existe plusieurs méthodes pour atteindre ses objectifs. Il faut y aller un pas à la fois et on ne peut que s’améliorer. Je sais que les chiffres ne sont pas tout, mais je peux vous dire qu’ils sont très encourageants. Il y a quelques jours, j’étais assez découragée quand j’ai obtenu un temps de 33:51 pour la même distance. Je suis fière de mes résultats, mais je suis d’autant plus fière de continuer à courir même quand les minutes ne me conviennent pas. Il n’y a rien comme s’améliorer pour l’estime de soi. Je cours depuis la mi-mai et je viens d’atteindre le but que je m’étais fixée, soit de courir 5km en 30 minutes ou moins. Maintenant, mon but est de maintenir ce résultat et de faire le 5km en moins de 29 minutes. Un pas à la fois, une minute à la fois…

Quel entraînement choisir?

Yolthy a passé la semaine dernière chez ses grand-parents. Elle était partie avec les DVD de résistances de P90X du premier mois. On s’était entendue qu’elle ferait de la course les jours de cardio et les DVD les trois autres jours. Dimanche est la journée de repos. Elle a fait le programme tel que planifié et moi, j’ai couru sauf pour lundi où on a fait Chest & Back ensemble avant son départ. Ce que j’admire chez elle est que quand elle s’engage, elle fera ce qu’elle a à faire coûte que coûte. On a cette caractéristique en commun. Quand on prend la décision, ce n’est pas négociable. On le fait un point c’est tout. Nous sommes allés la chercher samedi. Il fait très chaud et après souper, elle est allée faire son 5 km tel que prévu. J’avais couru le matin, donc je ne l’ai  pas accompagnée. Elle y est allée quand même, même si ses grand-parents, son père et moi-même étions bien confortables à l’air climatisé. Ça, c’est de l’engagement! Par contre, après une semaine, elle m’a confié qu’elle n’aimait pas trop P90X. Elle trouvait cela difficile, ce qui est le cas, mais aussi que ça ne la stimulait pas. Elle trouvait ça ennuyant. Elle adore Shaun T, elle aime son  kick boxing, mais P90X, pas vraiment. Comme il est essentiel d’aimer ce que l’on fait si on veut continuer, il lui faut changer et faire autre chose. Elle veut tout de même faire de la résistance et travailler son cardio. Je lui ai suggéré de continuer de courir aux deux jours et d’essayer d’autres formes d’entraînement pour les autres jours de la semaine. Elle a donc essayé Cardio Challenge de Supreme 90 Day hier. Cet entraînement requiert l’utilisation de poids pour quelques exercices. Les poids ne doivent pas être trop lourds, car le but est d’augmenter le rythme cardiaque tout en travaillant les muscles. J’aime ce DVD parce qu’il offre une bonne séquence de cardio et tout dépendant de votre intensité et des poids, il vous permet de faire de la résistance pour les muscles du haut du corps. La semaine dernière, j’ai couru 4 jours, j’ai fait un jour de résistance et j’ai pris 2 jours de repos. Lorsque j’ai fait Cardio Challenge hier, je me suis rendu compte qu’il est nécessaire pour moi de faire de la résistance pour garder mon corps fort. Non pas que je ramollisse, mais je perds du tonus quand je ne fais pas d’autres formes d’exercice que la course. Il faut équilibrer le tout. De plus, j’étais courbaturée le lendemain. Signe que certains muscles se sont endormis… Notre avions prévu courir mardi. Il pleuvait assez fort le matin, donc, j’ai remis ma course pour la fin de l’après-midi après le travail. Je me suis dit que de toute façon, ce serait agréable de faire ma course avec Yolthy qui s’entraîne toujours en fin de journée. Pas moins de 15 minutes après mon retour, il y a eu un orage. Ça a duré assez longtemps pour que l’on décide de faire un DVD au lieur de sortir courir. Nous devons nous préparer pour notre course de dimanche. Nous avons donc décidé de faire Pure Cardio de Insanity qui est en quelque sorte ce qu’il y a de plus près de la course dans ma collection de programmes. Je n’avais pas fait de DVD de Insanity avec Yolthy depuis l’été dernier . Toutes les deux, on s’est remémorée nos entraînements de l’été 2011 ensemble et nous avons conclu que nous étions toutes les deux en meilleure forme que l’année dernière et qu’on aimait vraiment faire Insanity ensemble. Comme on se dit: « We rock! » Accompagné de plusieurs high 5. Suite à cette séance, elle a suggéré de faire Insanity et de la course. Pour ma part, je crois que l’on devrait inclure plus de résistance dans notre programme. Comme elle est ici jusqu’à la mi-août, j’ai l’impression que l’on va faire une combinaison d’entraînements sans vraiment faire un programme spécifique. En principe, aujourd’hui, on court.

La course et les chiffres

Je suis une personne à chiffres. Je compile tout le temps. Que ce soit le nombre de répétions, les poids, la distance ou le temps. Quand je m’entraîne, je compte. La principale raison est de savoir où j’en suis. En sachant d’où je pars, je saurai vers quoi aller et je verrai si je progresse. Je mets toujours un nombre dans ma tête et j’essaie soit de l’égaler ou le surpasser. C’est ma méthode avec P90X, Insanity, Asylum, Supreme 90 Day et la course. J’essaie toujours de faire mieux. Aujourd’hui, je n’ai pas fait mieux. En fait, j’ai fait mon pire temps de la saison. Même en mai, lors de ma première course, j’ai obtenu un meilleur temps! Je ne sais pas ce qui s’est passé. J’étais très déçue. Je suis partie plus tard que d’habitude, il faisait chaud, je n’avais pas envie. Puis, je me suis dit que c’était mieux de faire une mauvaise course que de ne pas courir du tout. Et ça a donné un chrono dont je ne suis pas tellement fière. Je me suis abonnée au magasine Runners’s world. Il y a plein d’articles sur comment améliorer sa performance, sa distance, son temps, etc. Je les lis tous, mais je n’applique pas trop les méthodes parce que trop peu familière avec les termes. On y parle de cadence, de course tempo, de longue course, etc. Je vais devoir m’y mettre et trouver une méthode pour allonger ma distance et améliorer mon temps. Selon RW, un débutant ne doit pas s’attarder à son temps, mais plutôt à la distance parcourue. Il faut compléter la distance. Une fois que l’on réussit à couvrir la distance, là on peut avoir comme objectif d’avoir un meilleur chrono. J’ai de la difficulté à ne pas regarder le temps. Je suis une fille qui fonctionne avec les nombres. C’est pourquoi mon temps m’a beaucoup déçue aujourd’hui. Je ne sais qu’en faire. Ma plus grande crainte et de ne pas, au minimum, égaler le résultat de ma course de dimanche dernier lors de l’étape 4 de la Coupe Dix30, le 22 juillet. Il y a définitivement quelque chose qui m’échappe… De plus, une amie m’a demandé de faire un demi-marathon ou même un marathon l’année prochaine. Je n’ai pas encore acceptée car je n’ai pas encore décidé que je pouvais le faire. Tout est dans l’attitude. Si je décide que je vais le faire, je le ferai. C’est comme n’importe quel programme que j’ai entrepris jusqu’à présent. Quand ma décision est prise, le reste suit. Ce n’est pas automatiquement facile, mais c’est déjà décidé. C’est là où j’en suis. J’ai une admiration sans borne pour toutes les personnes qui font un marathon. Que ce soit en 2:30 ou en 4:30. L’engagement, le dévouement, les peines, les douleurs, le temps, le découragement, les blessures, tout ça, c’est quelque chose. La préparation dure des mois, voir un an, et l’évènement comme tel, au plus 5 heures. Wow! Mais pour ça, il faut mettre un plan en place. Quelle sera la prochaine étape?

Première course officielle complétée

C’est fait! J’ai ma photo, mon numéro et mon temps officiel! J’ai complété un 5km lors de la troisième étape de la Coupe Dix30 à Boucherville. Le circuit était de 2.5 km et il fallait faire 2 boucles. J’ai couru régulièrement 5km depuis le mois de mai. Je savais donc que c’était quelque chose que je pouvais définitivement faire. Pourtant, j’étais un peu nerveuse. Je ne savais pas trop comment cela fonctionnait et j’allais courir avec quelques centaines de personnes. Ma gentille et adorable fille m’a accompagnée pour m’encourager et je la remercie sincèrement. Je voulais qu’elle prenne des photos, car je ne savais pas si l’évènement allait en publier, et comme j’en ai  déjà parlé, c’est quelque chose que je désirais vraiment. Pour les gens qui n’ont jamais participé à un évènement de course, ce qui était mon cas, à l’arrivée, on doit aller chercher son numéro. J’avais le #008. Par la suite, il faut aller au kiosque qui distribue les puces pour la lecture officielle de votre temps. On attache celle-ci autour de la cheville. Chaque participant a une puce dont le numéro et le même que celui remis lors de inscription. Par la suite, on se dirige vers l’emplacement de la ligne départ. Le premier départ était pour la course de 1km dont les participants étaient des enfants. C’est très touchant de les voir s’élancer avec toute la conviction et la motivation du monde inscrites dans leurs petits visages. J’étais fière d’eux et je ne les connaissait pas. Finalement, le départ simultané du 5 et 10 km a eu lieu vers 09:20. Il faisait 21 degrés, qui en soit n’est pas si chaud, mais avec le soleil plombant, j’ai ressenti les effets de la chaleur. À un peu moins de 1 km, je me demandais ce que je faisais là! Ma stratégie a été de localiser quelqu’un et de suivre cette personne afin de me donner un rythme. Mais croyez-moi, ne vous fiez pas à l’apparence. Certaines personnes avaient une allure d’athlète et pourtant, elles ne couraient pas nécessairement plus vite. D’autres semblaient moins athlétiques et j’ai eu de la difficulté à les suivre.  La première femme que j’ai choisie m’a distancée rapidement et il a été nécessaire de choisir une autre personne, car j’ai réalisé que je ne pouvais pas suivre sa cadence. Je crois que j’ai dû changer 5 ou 6 fois de personne. Je me suis fait dépassée plus souvent que j’ai dépassé. A la fin de la première boucle, j’était dans ma course. J’avais toujours chaud, mais j’étais contente d’être là. Et une chose m’a fait sourire malgré l’effort et la chaleur. Je venais à peine de terminer mon premier tour que l’animateur annonçait déjà l’arrivée des premiers coureurs qui venaient de compléter le 5Km! Ouin! J’ai des croûtes à manger!
Première boucle: 2.5 km
Et me voilà à mon deuxième tour. Mon plus grand défi fut définitivement le soleil plombant. J’ai compris pourquoi je cours tôt le matin quand celui-ci est bas. J’ai marché pour environ une minute autour du 3ième et du 4ième kilomètre. J’ai marché à nouveau pour quelques secondes lorsqu’il me restait un peu moins de 400 mètres. Quatre cent mètres est la distance entre la piste cyclable et ma maison lorsque je cours seule. Je me suis dit que c’était presque fini et j’avais presque complétée ma première course « officielle ». Ça m’a donné un petit regain d’énergie. J’ai finalement croisé la ligne d’arrivée à 31:22 minutes.
Ligne d’arrivée. Temps: 31.22
Il y a une petite différence entre ma montre et le temps officiel de la puce, mais j’étais très satisfaite car mon résultat était sensiblement le même que lorsque je cours seule. Ni plus vite, ni plus lent. Le voici: Sportstats.ca Le premier temps indiqué est celui du départ officiel de la course et le deuxième temps est celui enregistré lorsque je croise la ligne de départ et la ligne d’arrivée. Il y a une différence de 28 secondes. La raison étant que je ne pouvais et ne voulais pas être à l’avant. Je voulais éviter d’être dans le chemin et de bloquer quelqu’un. Je me suis positionnée vers l’arrière et sur le côté droit (comme sur l’autoroute, je me suis dit que je me ferais sûrement dépassée par la gauche). Yolthy a filmé le départ que vous pouvez visionner sur la page FaceBook de A ma porte. Suite à la course, deux choses se sont produites. Yolthy a décidé qu’elle voulait courir pour s’entraîner pendant son séjour ici au Québec. Elle a vu des gens de tout âge et de toutes formes courir et elle veut s’inscrire à l’étape 4 de la Coupe Dix30. Elle est en visite j’ai ses grands-parents et elle ne le sait pas, mais je l’ai déjà inscrite. J’ai aussi décidé de m’inscrire  pour courir avec elle. Joignez-vous à nous, dimanche le 22 juillet. Que ce soit à St-Hubert ou n’importe où que vous soyez. Choisissez votre distance et courez avec nous. Faites-moi part de votre expérience. On va s’amuser et ça ne peut que faire du bien. Bonne course!

Courir avec ma fille

Depuis mon retour de Kelowna, mon horaire a un peu changé. En premier lieu, je me suis vite habituée à la différence d’heure lors de mon séjour là-bas, mais j’ai plus de difficulté de revenir à l’heure du Québec, même si la différence n’est que de trois heures. C’est la première fois que ça m’arrive. Ma fille est revenue à Montréal pour 5 semaines. On passe beaucoup de temps ensemble en soirée et par conséquent je me couche plus tard qu’à mon habitude. Ce qui fait que je me réveille trop tard pour m’entraîner le matin.  Je veux à tout prix faire de l’exercice et mon nouvel horaire implique que si je continue comme ça, je devrai m’entraîner en après-midi, ce qui fait l’affaire de ma fille. Elle fonctionne toujours sur son horaire de BC. Elle veut faire de l’exercice, mais avec quelqu’un. Contrairement à moi, elle est beaucoup moins motivée quand elle est seule. À notre retour, elle m’a demandé de l’aider à faire un programme. Nous avons regardé nos options et elle est intéressée par P90X, peut-être Asylum et pour l’instant, elle ne veut pas reprendre Insanity. Elle veut inclure de la résistance dans sa routine, et moi je veux courir. L’option à laquelle j’ai pensé est de faire P90X. Elle ferait le programme avec les poids et moi je le ferais avec les bandes de résistance. Les jours de cardio, j’irais courir et elle ferait les DVD. On s’est dit que ce serait une façon de satisfaire les attentes de chacune et de faire ce dont on a envie tout en s’entraînant ensemble. Finalement, après reflexion, j’ai décidé que pendant son séjour, je m’entraînerai après le travail pour passer du temps avec elle. On rigole tellement! Comme je voulais courir au moins 2 fois avant ma course de dimanche, je me devais absolument d’aller courir au minimum une fois par jour jusqu’à samedi. On en était à cette étape lorsque j’ai eu l’idée de lui demander si elle voulait venir courir avec moi jeudi, en fin d’après-midi. Je lui ai dit que nous pouvions aller à son rythme et qu’il n’était pas nécessaire de courir tout le temps, tant et aussi longtemps que nous allions couvrir la distance qui, au départ, était de 5 km. Elle a accepté non sans une certaine crainte. Vous devez comprendre qu’elle a fait 2 fois Insanity dans la dernière année et qu’elle fait entre autre du kick-boxing, de la Zumba et de la résistance. Mais elle ne court pas. Je sais, pour l’avoir expérimenté moi-même, que d’avoir un bon cardio ne signifie pas nécessairement que courir sera facile. Nous sommes donc parties sur la piste cyclable vers La Prairie avec comme objectif de faire un 5 km. J’avais mon GPS en main et je l’encourageais. « On est à 1km, 2km, à la moitié,  dans 400m tu seras à 4km, etc. Je lui répétais que marcher était correct et que le temps n’était pas important. Il faut laisser son corps s’habituer et l’important est de le faire. Ça n’a pas été facile pour elle. Mais elle l’a fait et l’idée d’abandonner ne lui a jamais effleuré l’esprit. Elle ne cessait de se répeter ( Ben oui! Elle s’auto encourage constamment à haute voix.) « You can do this! Keep going! You can! » Et elle a complété non pas 5, mais 6 km! Elle m’a confié par la suite ne pas avoir été certaine de pouvoir le faire. Maintenant qu’elle sait qu’elle l’a fait une fois, elle sait qu’elle peut le refaire. Je suis extrêment fière d’elle. Suite à cet effort, je lui ai suggéré de courir à nouveau, mais cette fois, de réduire la distance à 3 km. Elle a accepté.  Je voulais voir où elle en était car, suite à ma première course de la saison, le lendemain j’étais courbaturée. Je me demandais comment elle se sentirait et si elle voulait courir à nouveau. Vendredi au réveil, elle était en effet courbaturée, mais elle s’est lancée le défi de courir à nouveau. Nous sommes donc parties  pour un 3 km vers 16:00. Elle l’a complété et encore une fois, elle était très satisfaite et moi très fière. Tellement motivée ma cocotte que nous considérons nous inscrire ensemble à l’étape 4 de la Coupe Dix30 qui aura lieu le 22 juillet. Elle m’a demandé si elle serait prête. Je lui ai dit que si elle voulait le faire, j’allais l’inscrire et que si elle marche le parcours, soit! Elle le marchera, mais le défi est là et je l’accompagnerai. Elle m’a aussi demandé si j’étais parmi les bons coureurs. Je me suis esclamée de rire et j’ai répondu: « Ben non! Je ne suis pas là  pantoute! Mais, vois-tu, je le fais parce que c’est l’fun. » Parce que je cours plus vite qu’elle, elle pense que je suis bonne. C’est flatteur j’en conviens, mais soyons honnête. Je suis seulement quelqu’un qui veut se mettre au défi. Je ne suis pas une athlète professionnelle, mais je suis tout de même quelqu’un qui est relativement en forme et qui aime ça l’être. Si je peux motiver ma fille à courir, je conclurai sans hésitation que j’aurai fait quelque chose de bien pour mon prochain et j’espère qu’à son tour, elle vous inspirera. On est samedi matin et j’arrive de ma course. Ce matin, j’ai fait mon 5 km seule car je voulais le faire à mon rythme habituel. De toute façon, elle dort encore. Si elle veut courir aujourd’hui, j’irai avec elle à son rythme et ça me fera quelques km de plus dans ma semaine. Demain, c’est ma première course officielle et elle sera là pour m’encourager. Elle est intéressée à courir et je crois que l’évènement la motivera. En tout cas, il est certain qu’on s’amusera. Je me sens tellement privilégiée. La vie est belle, n’est-ce pas?

1 2

%d bloggers like this: