Une sensation formidable

J’en suis à ma 10ième journée de mon programme hybride avec Tony Horton et Shaun T. Retrouver P90X après 5 mois est très plaisant, mais aussi, comme je m’y attendait, exigeant. Les journées P90X me demandent entre 70 et 80 minutes! C’est quand même assez long. Il faut définitivement être décidée et engagée. Fiou! Je n’ai pas besoin de me déplacer au gym et je ne perds pas de temps en déplacements, à faire et défaire mon sac, me stationner, etc. Tout est à ma porte.

Ceci étant dit, ce matin,  je m’en allais prendre ma douche après mon entraînement et j’ai constaté une chose. En fait, ça fait des mois que je le sais, que je le sens et que je le constate, mais pour une ajouter une autre motivation pour continuer à m’entraîner, je voulais vous le dire. J’ai cette constante sensation que mon tronc est tellement fort, tellement tonifié et tellement dur! Je sens la puissance de mon dos, de mes bras, de mes jambes.  Cette sensation est avec moi tout le temps. Mais lorsque je viens de terminer un entraînement, elle est plus intense. J’aime cette sensation. Je ne pourrais avoir cette sensation de force et  de puissance si je ne faisais pas mes exercices de façon régulière.

N’allez pas croire que j’ai l’allure de l’athlète que l’on l’on voit dans les pubs. Et, je ne suis certainement pas Madame Muscle. Si vous me regardez, j’ai l’air plutôt normal, ce n’est pas frappant. J’ai tout de même une petite couche de graisse autour de la taille et des fesses. Mais la sensation que j’éprouve est plus que mon apparence. C’est de la confiance en moi, de la satisfaction suite à l’effort, une stamina élevée, un contrôle de mon corps et le fait que je me sens à peu invincible.

Mais non! Je ne suis pas invincible, et je le sais, mais je me sens tout de même comme ça et c’est très plaisant. J’aime sentir la fermeté autour de ma taille. Le seul moyen de conserver ce que j’ai acquis au niveau physique est de continuer à m’entraîner. Ma foi, pour moi c’est agréable et plein de bénéfices. Et c’est une sensation formidable!

Faut-il vraiment faire un programme?

Pour faire de l’exercice, il faut aimer ce qu’on fait, sinon ça devient une corvée, une obligation au lieu d’être quelque chose de plaisant. Il faut aussi savoir quels sont nos buts et la meilleure façon de les atteindre.

J’aime faire quelque chose d’équilibré. Quand je suis un programme, celui-ci en principe, aura une séquence qui fera travailler certaines parties ou toutes les parties du corps, tout dépendant du but recherché. La séquence a deux objectifs: faire travailler et reposer en alternance les régions du corps visées, par exemple les épaules et les bras une journée et les jambes une autre journée et aussi éviter l’ennui. Faire la même routine jour après jour, c’est platte! Au niveau cardio, aller dans le tapis une journée et faire une séance un peu moins intense la journée suivante est à mon avis une méthode qui vous aidera à ne pas abandonner.

J’ai choisi de suivre des programmes sur DVD car avec cette méthode, j’ai un guide à suivre et je n’ai pas besoin de planifier mon horaire d’entraînement. Ça m’arrange. De plus, la plupart des programmes disponibles vont utiliser une charte de façon à pouvoir mesurer vos progrès. Donc, au début du programme vous notez votre performance sur une série d’exercices et vous faites la même chose aux 2 semaines et ce jusqu’à la fin. Ou, lorsque vous faites de la résistance, vous notez les charges ou les poids et ceux-ci vont augmenter avec le temps.

Faut-il vraiment faire un programme? Je me suis posée la question ce matin, car j’avais choisi de faire Asylum/P90X en combo. Si j’avais suivi l’horaire de ce programme hybride, aujourd’hui, j’aurais fait Legs & Back (P90X). Pour être honnête, ça ne m’inspirait pas du tout. Par contre, j’avais envie de faire Kenpo X (P90X) qui est une série de mouvements de kick-boxing qui dure environ une heure. Je me voyais puncher dans l’air, faire de kicks et tous les sons qui vont avec. J’ai donc décidé de faire ce dont j’avais envie. J’en ai sué un bon coup à la fin de mon entraînement, j’avais un grand sentiment de satisfaction.

Donc, ma réponse à ma question est oui et non. Il faut suivre un programme, mais celui-ci se doit d’être flexible. Un programme est un guide qui vous permettra de vous améliorer et selon le type d’entraînement que vous avez choisi, atteindre les objectifs visés. A mon avis, déroger et faire autre chose  à une journée donnée n’est pas un problème.

Le but ultime de ma quête est de bouger et de me garder en forme et active. La seule chose que je peux ajouter est qu’en faisant mes programmes DVD, je me suis constituée une base super solide et tant que j’atteinds les objectifs que je me suis fixée, la façon de le faire n’est pas vraiment importante.

Je crois tout de même qu’avoir recours à entraîneur personnel, avoir un guide, ou encore aller au gym et se faire conseiller est essentiel. Ça évite des blessures et vous aurez des comptes à rendre. Vous serez alors en route vers le succès.

Si c’était facile, il n’y aurait pas d’amélioration

Je viens de visionner une entrevue de Tony Horton qui parle du programme P90X2 qui sera disponible en décembre. Il a dit quelque chose de très intéressant. Lorsque l’on fait un programme comme P90X, on n’est pas supposé  réussir à faire tous les exercices les premières fois qu’on les fait. Si c’était le cas, il n’y aurait pas d’amélioration et c’est pour cette raison que les gens qui font des exercices faciles pour eux ont des plateaux, que ce soit pour la perte de poids ou l’amélioration de la performance. Il a mentionné qu’il est normal de commencer à maîtriser un exercice parfois après 6 ou 7 fois, que lui-même, lors de la création d’un programme, il ne maîtrise pas nécessairement les exercices dès le début.

Cela me console, car justement, ce matin, j’ai commencé un programme hybride avec Asylum et P90X. Le premier entraînement est Chest & Back (de P90X), c’est à dire divers types de push-ups avec des chin-ups, pull-ups, etc. La dernière fois que j’avais fait ce DVD remontait à Juin.  J’ai trouvé ça difficile. Pourtant, je fais P90X depuis janvier 2010! Ceci étant dit, j’ai fait mon entraînement avec mes fiches de travail afin de noter le nombre de répétitions et les poids utilisés. Après mon entraînement, j’ai comparé mes fiches du mois de juin avec les données de ce matin.  Pour certains exercices, j’ai fait l’équivalent et parfois mieux. Pour d’autres, c’était moins bien.  Pourtant, je n’ai pas arrêté de m’entraîner depuis juin. Comment puis-je perdre de ma performance?

Ça m’a consolé de savoir que malgré le fait que j’ai trouvé cela difficile et que je n’ai pas tout à fait égaler mes derniers résultats, il est normal de ne pas maîtriser tous les exercices. C’est fou, mais je me sentais poche et j’étais déçue… À la lumière de ce que je viens de visionner, je me sens mieux et si Tony Horton  a parfois de la difficulté à maîtriser ses exercices et qu’il passe ses journées à s’entraîner, je crois que je ne suis pas si pire que ça à raison de plus ou  moins 60 minutes par jour.

Une autre chose qu’il a dite: “Je n’aime pas certains exercices, parce que je ne suis pas bon quand je les fais”. C’est la même chose pour moi et probablement pour tout le monde. Ce n’est pas vraiment plaisant de faire quelque chose à laquelle on n’est pas bon, mais plus on le fait, plus on s’améliore et on en vient à aimer ça.

Visionner cette entrevue m’a fait du bien. Finalement, je suis meilleure que je pensais et de toute façon, à mesure que je m’améliore, mon niveau de difficulté va augmenter et ce n’est jamais fini. C’est ça mon défi.

Asylum complété

C’est fait! J’ai complété Insanity The Asylum. Mon dernier entraînement était ce matin. Ça a passé vite. Je crois que ce programme est assez difficile et que j’aurai besoin de le faire au moins une autre fois pour  voir une amélioration plus importante.

Mais, maintenant que c’est fait, qu’elle est la suite? Qu’est-ce que je fais?

J’avais prévu faire Asylum une deuxième fois et j’ai finalement décidé de faire un programme hybride de Asylum/P90x. Cela représente un autre 30 jours et cela m’amène au temps des fêtes. Je sais que ce sera plus difficile pendant les vacances de Noël d’avoir la même rigueur. Du fait de faire un programme qui se terminera le 20 décembre, j’aurai maintenu la forme de façon continue jusque là.

J’ai aussi décidé de faire un programme hybride avec P90X, car aussi farfelu que cela puisse paraître, je m’ennuie de Tony Horton! De plus, faire de la résistance est excellent et je me préparerai pour l’arrivée de P90X2 que je devrais recevoir à la mi-décembre.

Ce matin j’ai fait le constat que j’en suis au point de changer de chaussure. Les crampes dans les pieds ont recommencé et cela m’a empêchée de continuer à certains moments. Frustrants, mais après complété 2 rondes de 60 jours de Insanity, une ronde 90 jours de P90x et une ronde  30 jours de Asylum, je crois que mes chaussures ont besoin d’être mises au rancart. Le service a été rendu.

Je suis vraiment satisfaite, et franchement, je n’ai pas vu le temps passer. Faire de l’exercice, ce n’est plus un effort, c’est devenu un mode vie.

D’où vient mon inspiration?

Mon désir de me sentir bien physiquement a toujours fait partie de moi. J’ai toujours aimé me sentir énergique, active et dynamique. Être en forme me permet de me sentir comme ça. Mais comme tout le monde, j’ai des hauts et des bas. Plus le temps passe et plus je suis dédiée à rester en forme pour tous les bienfaits que ça m’apporte.

Mais d’où vient mon inspiration quand je me sens plutôt tirée vers le bas? En premier lieu, elle me vient de gens qui peuvent sembler bien ordinaires, mais qui, à mon avis, sont extraordinaires. Qui sont-ils? Souvent, je ne les connais pas. Ce sont ceux que je croise sur la rue qui font leur jogging, ceux que je vois faire du vélo, les gens qui font du Tai-chi au parc.

Quand je me suis abonnée à Sparkpeople, j’ai visité les Success Stories. Quand quelqu’un, à force d’engagement, de ténacité, de persévérance, perd plus de 100lbs et que cette même personne fait maintenant des marathons, moi, je trouve ça inspirant. Ça me motive. Quand je vais sur le site BeachBody et je vois les photos avant et après, je vous dis sincèrement , je suis impressionnée. J’ai croisé récemment sur Facebook une personne qui a commencé à courir il y a 15 mois et qui a complété une épreuve Ironman et une course de 30 km. Wow! Ça, c’est inspirant!

Quand je visite des blogs comme En forme de femme ou Maman marathonienne, ça aussi, ça m’inspire. Il y plein de gens inactifs, mais réalisez-vous qu’il y en a plein qui sont actifs? Ils ne sont pas nécessairement des athlètes de compétition, mais ce sont tout de même des athlètes. Par de la rigueur et de la constance ces gens réussissent à atteindre une forme physique qui est à la  portée de tous.

J’ai aussi une autre grande inspiration. Ma fille. J’ai toujours été une personne active, et je crois avoir été un bon exemple à ce niveau là, mais pour une raison que j’ai de la difficulté à comprendre, jusqu’à récemment, elle ne bougeait pas trop. C’était peut-être les années d’adolescence et de rébellion, genre je ne serai pas comme ma mère. Toujours est-il que l’été dernier, elle a entrepris de se remettre en forme et de bien manger. Quelle fierté pour moi qui, à certains moments, m’inquiétais de sa santé, car son poids augmentait et elle ne bougeait pas trop.

Elle m’a demandé de faire Insanity avec elle. Elle avait besoin de quelqu’un pour la motiver et la coacher. C’est un programme exigeant et assez difficile par moment. Elle a complété le programme haut la main. Elle est partie de ne rien faire à s’entraîner à raison de plus de 60 minutes par jour!  Elle a participé à une course pour vaincre le cancer et elle fait maintenant des exercices de résistance. Non seulement elle a perdu son surplus de poids,  elle m’a annoncé cette semaine qu’elle sera coach d’entraînement pour les 8 prochaines semaines dans le cadre de ses études afin d’aider une copine à se remettre en forme. Quelle fierté pour sa maman et quel accomplissement!

On a tous besoin de motivation et d’inspiration. Que ce soit une amie, un conjoint, nos enfants, un site, des lectures etc. Trouvez ces sources de motivation et faites quelque chose que vous aimez. Regardez autour de vous. Ne tentez pas d’être comme quelqu’un d’autre, mais inspirez-vous de gens qui ont pris leur santé en main. On peut tous le faire.