Mes progrès avec The Asylum

Journée 7 de The Asylum.  La structure des programmes Beach Body que j’ai fait  auparavant, soient P90X et Insanity, était basée sur des blocs de une semaine. Six jours d’entraînement, un jour de repos. J’ai toujours commencé un lundi, comme ça ma journée de repos était le dimanche qui est souvent le lendemain d’une soirée où je me suis couchée plus tard et j’ai mangé et bu un peu plus.

Avec Asylum, ce sont des blocs de 3 ou 4 jour avec une journée de repos ou une journée d’étirement (DVD Relief). J’ai fait au total une semaine sans trop de problèmes dans le sens que je ne suis pas capable de suivre les participants encore moins Shaun T, mais je fais quand mêmes les exercices. J’en fais définitivement moins qu’eux, mais je le fais.

Mon premier défi est la corde à sauter. Là, j’ai beaucoup de progrès à faire.  Même si je sautais pieds joints pour les 3 minutes sans arrêts, je devrais tout de même m’arrêter. C’est très exigeant de sauter à la corde. Pour l’instant, je me concentre sur les mouvements et je trébuche souvent. Je me suis améliorée par rapport à la première fois, mais il reste beaucoup de travail à faire.

Mon deuxième défi est de ne pas m’arrêter pendant les exercices. Au niveau cardio, c’est très demandant, mais ce n’est pas seulement le cardio, c’est aussi la demande au niveau musculaire. Avoir le cardio dans le tapis et avoir les membres fatigués en même temps, c’est quelque chose. Pour savoir où j’en suis, j’essaie de compter combien de répétitions je fais. Je me dis: “Ok, fais-en 15, 20, 40 tout dépendant du mouvement, car en moyenne, je peux en faire un par seconde. Donc, si je l’exercice est de 60 secondes, je me dis que je devrais en faire une quarantaine. Pourquoi pas 60? Parce que m’arrête, parce que je ne suis plus capable!

Shaun T dit toujours: “You can do anything if you put your mind to it”. Je suis totalement d’accord et ce n’est pas seulement quand on fait de l’exercice. Cela s’applique à n’importe quoi. Dans le cas de Asylum, en me donnant pour objectif un nombre minimum de répétitions, je me concentre à l’atteindre et la plupart du temps j’atteinds mon objectif et par la même occasion,  je m’améliore d’une fois à l’autre.

Ce matin, j’ai fait le DVD Strenght, donc de la résistance. La semaine dernière, je n’ai pas fait la moitié des exercices, car je ne tenais pas la cadence. Pourtant, je me considère en forme. Cette semaine par contre, je suis très satisfaite de mon rendement . J’ai tiré de la patte sur quelques exercices, mais en moyenne, j’ai suivi la cadence. Il ne va pas sans dire que j’ai travaillé fort, j’ai pompé et j’étais essoufflée. Ça ressemble un peu à Cardio Challenge de Supreme 90 Day.

Dans un des DVD, Shaun T dit: “ You thought you knew, but you have no idea!” Après deux rondes d’Insanity, je croyais vraiment que je pourrais attaquer The Asylum sans trop de problèmes, mais Shaun T a raison, je n’avais aucune idée. Ce programme est un défi, c’est demandant, mais c’est quelque chose que je vais faire, je n’ai pas de doute là-dessus.

Gaiement, je commence ma deuxième semaine. Je sais que je vais m’améliorer, ce n’est qu’une question de temps et d’effort. Décision, engagement, succès. J’ai décidé, je m’engage et je réussirai ce défi.

J’ai faim, j’ai faim, j’ai faim!

J’ai faim! J’ai tout le temps faim. Sauf le matin en me levant. Je me lève habituellement vers 05:00. Que voulez-vous, je suis un oiseau matinal. En me levant, je n’ai pas faim. Tranquillement, la journée commence.

La routine: je me brosse les dents, je vais aux toilettes, je replace quelques mèches folles. Ensuite, je remplis la machine à café d’eau, de café. Je laisse sortir Tosca (notre charmante chienne), je lui sers sa moulée, Tosca entre. Je vais chercher le journal et le pose sur la table.  Je descend au sous-sol, j’allume la télé et la met sur DVD. Je prépare le matériel que j’aurai besoin pour mon entraînement. Je me change, enfile mes souliers de cross training.   J’appuis sur play, et hop! Je m’entraîne! Tout dépendant de ce que je fais ce jour là, c’est d’une trentaine de minutes à une heure.

Je prends ma douche et je m’habille. Et c’est là que ça frappe! Je veux mon cappuccino du matin. Mon ventre gargouille et j’ai envie tout de suite de ce merveilleux goût crémeux, chaud et réconfortant. La faim se calme un peu. Mais elle revient!

J’essaie de bien manger. Je ne veux pas que ce soit trop lourd car je ne me sens pas bien par la suite. La plupart du temps c’est quelque chose de blé entier, soit une Onebun ou une tortilla, une tranche de pain ou un muffin anglais. Ce sera avec un oeuf, une demie banane, du beurre d’arachide et des fois des cretons.

Là, je suis pleine! C’est presque trop, mais je n’ai plus faim. Il est environ 08:00. Puis, vers 10:00, bang!!! Ça frappe encore! J’ai faim, j’ai faim, j’ai faim! Des fois, je me fais un shake ou je prends un fruit ( mais un fruit, ce n’est pas assez), du fromage, des noix, quelque chose! Ça m’apaise, j’ai définitevement hâte au lunch. Encore une fois, vers 11:15-11:30, j’ai faim! La plupart du temps, je mange ce que j’ai fait pour souper la veille. Enfin! Je suis rassasiée… jusqu’à 14:00, 14:30. Ça frappe encore! J’essaie de tenir jusqu’à 15:00. Des fois, je me trouve assez bonne, je tiens jusqu’à 16:00! Wow! Tout un exploit!

La plupart du temps, j’ai envie de quelque chose de salé. Du fromage, des noix, des craquelins. Je n’ai pas envie de quelque chose de sucré. J’essaie aussi de choisir un fruit, mais ce n’est pas très salé!

Enfin! Le souper arrive! Que ce soit moi ou G qui le prépare, ce repas est la bienvenue. On n’a pas tout à fait les mêmes goûts, mais on s’entend tout de même très bien. Il est patate, je suis riz. Il est côtes- levées, je suis poulet, il est rôti de palette, je suis poisson, il est potage, je suis soupe-repas… hummm, mais comme je disais, on s’entend bien. Par exemple, on est totalement fou de notre pizza maison. On adore faire nos pâtes maison ensemble. On aime manger. Ça le fait rire que j’ai tout le temps faim .

Je crois qu’il y a peut- être deux raisons pour lesquelles j’ai tout le temps faim. De un, je m’entraîne de façon assez intensive et de deux, j’ai habitué mon corps à manger souvent. Donc, ça ne me prend pas de grosses quantités, mais je dois manger souvent.

J’ai faim juste à écrire cet article! Bon appétit!

Mesurer vos progrès

La plupart des gens font de l’exercice pour perdre du poids. Certains en font pour maintenir la forme ou  parce qu’ils aiment ça.

La plupart des gens abandonnent leur programme ou activité parce que souvent la seule façon qu’ils utilisent pour mesurer leur progrès est la balance. S’ils ne perdent pas de poids assez rapidement, ils abandonnent. Il y a d’autres façons de mesurer votre progrès.

Photos

Lorsque j’ai fait P90X, j’ai perdu 3-4 livres. Au début, j’ai pris des photos de face, de profil et de dos. 30 jours plus tard, sur la photo de dos, j’avais perdu un bourrelet pas trop élégant au niveau de la taille. Des muscles sont apparus dans le haut du dos. A mes yeux,  c’était mon plus beau progrès! Après 90 jours, j’étais estomaquée. Les photos parlent beaucoup.

Vos mensurations

Lorsque j’ai fait Insanity, j’ai mesuré ma taille, mes hanches et mes cuisses. Après 60 jours, j’avais perdu 3 pouces à ma taille, 2,5 pouces aux hanches et 0.5 pouce aux cuisses. J’ai aussi perdu 5 livres. Les compliments que l’on m’a fait sur mon apparence me surprenaient, mais n’ayant pas perdu beaucoup de poids, je ne me rendais pas compte.

Vos vêtements

C’est là que j’aurais dû me réveiller, mais bon, on est tellement dure avec soi-même. Mes tailleurs, mes jeans, mes vêtements en général étaient devenus trop grands. Vos vêtements sont un excellent moyen de mesurer vos progrès.

Niveau d’énergie

Définitivement, si vous continuez votre quête de la forme physique, vous allez réaliser que votre niveau d’énergie sera plus élevé. C’est un peu plus difficile à mesurer, mais si vous vous donnez une note sur une échelle de 1 à 10 une fois par semaine, vous allez noter une différence.

Votre poids

Finalement, votre poids. Cela demeure une indication importante de votre progrès, mais pas le seul. Si vous utilisez d’autres moyens pour mesurer vos progrès, la balance ne vous découragera pas et vous allez continuer sur la bonne voie.

Bon succès!

Décision – Engagement – Succès

C’est le slogan de Beach Body. Je pense que c’est en fait la façon de faire changer les choses pour soi. Je crois que cela s’applique à toutes les sphères de votre vie. Appliquons-le ici à la mise en forme.

DÉCISION

Il faut DÉCIDER que l’on veut faire quelque chose. Si on y pense, si on se dit que ce serait bien, que ça améliorait notre qualité de vie, que si on avait le temps, que si on était moins occupé, etc. Il y a beaucoup de si. Quand on a des si, on contemple, on est en réflexion, on aimerait que , mais on n’est pas tout à fait prêt. On est bien où on est ou tout simplement. On préfère l’inconfort de ce que l’on connait plutôt qu’une situation inconnue, mais qui nous apporterait un certain bien-être.

Décider nous permet de nous prendre en main. Une fois que l’on a décidé, on doit choisir ce que nous ferons, ce que nous changerons. Il faut que ce soit un objectif qui nous met au défi, tout en étant atteignable. Ne décidez pas de faire un marathon si vous avez de la difficulté courir plus d’une minute. Identifier votre objectif de remise en forme et donnez vous un plan. Que ce soit marcher 30 minutes par jour 5 jours semaine, de nager 3 fois par semaine, de s’inscrire à un cours de spinning, de courir, de s’inscrire à un cours de Zumba ou de Yoga. Une fois que vous avez identifié votre objectif, vient l’engagement.

ENGAGEMENT

L’engagement se doit d’être pour une période donnée. Pendant un mois, je marcherai tous les soirs après le souper. Je compléterai mon programme sur DVD, je nagerai 3 fois semaine jusqu’à Noël, je compléterai mon cours de Yoga de 10 semaines, etc. Engagez-vous à ne pas manquer une séance pour la durée de l’engagement. Pas d’excuses, pas de je suis fatiguée, pas de je n’ai pas le temps. C’est pourquoi vous devez choisir un but atteignable.

Planifier votre engagement. Il fait parti des choses à faire sur votre liste. Faites-en une partie intégrante de votre horaire. S’il est planifié, vous aurez le temps de le faire. Si vous êtes vraiment engagée,  vous trouverez la façon de le faire, sinon, vous trouverez des excuses.  Les excuses ne sont pas un engagement.

La plupart des gens sont visuels. Indiquez- le sur un calendrier et chaque fois que vous avez fait un pas de plus, faites un gros X sur le calendrier. Jour après jour, vous verrez votre progrès et cela vous revigora, vous encouragera à continuer et vous donnera un sentiment d’accomplissement. Et vous vous déclarerez un SUCCÈS!

« Permettez-moi de vous révéler le secret qui m’a conduit à atteindre mon but. Ma force repose uniquement sur ma ténacité. »
Louis Pasteur

SUCCÈS

Définition: le fait d’atteindre un objectif souhaité.

Vous avez décidé, vous vous êtes engagée, et maintenant vous en voyez les résultats. Vous avez réussi! Vous êtes fière et vous voulez continuer. Vous êtes devenue votre propre inspiration et vous voulez aller de l’avant. Vous voulez continuer et vous êtes maintenant vous-même une inspiration pour votre entourage. Bravo!

Et le plus beau merveilleux dans tout ça est que vous n’êtes plus spectatrice, vous faites maintenant parti des acteurs de cet accomplissement. Vous êtes un succès!

Insanity The Asylum

J’ai reçu Insanity The Asylum en cadeau ce week-end. Je m’étais dit que je ferais ce programme dans les prochains mois. Je ne m’attendais pas à le posséder si tôt et ni même à l’ avoir avant les fêtes.

Insanity The Asylum

Dimanche, le lendemain d’une soirée où l’on a bien mangé et bien bu, je n’étais pas au meilleur de ma forme. J’ai passé quelques heures  à regarder mon nouveau défi (6 DVD) qui est un programme de 30 jours. Ouf! Que je me suis dit. Ça ne sera pas facile! Convaincue, vers la fin de l’après-midi, j’ai fait le premier DVD qui consiste à expliquer le programme et à l’évaluation de ma performance athlétique. Deuxième ouf!

Plusieurs points: moi qui mentionnait que je ne faisais plus de corde à sauter dans mon précédent blog, eh bien, je me suis trompée. Et ce n’est  pas seulement sauter les pieds joints…! Croise les jambes, saute sur une patte, double saut, etc. J’imagine que je ne peux que m’améliorer, hein?… L’échelle d’agilité qui je crois n’avoir vue que dans les entraînements de football, offre bien des variantes. C’est fou ce qu’un petit accessoire au sol qui prend très peu de place peut offrir comme défi. Donc, j’ai fait le test. Hummm… Je ne croyais pas que j’en arracherais autant. Bon, mes résultats vont s’améliorer et c’était aussi le lendemain de la veille.

Ce matin, le grand saut. je commence le programme officiellement. Hier, c’était seulement une évaluation. Une évaluation qui dure moins de 25 minutes, mais qui m’a tout de même fait travailler. Je la compte comme une séance d’entraînement.

Donc, je commence. Je croyais sincèrement qu’après avoir fait Insanity 2 fois que ce serait plus facile. Non, non! Ce n’est pas le cas. Premièrement, je suis définitivement une novice avec la corde à sauter. Ah oui! Je suis bien bonne et bien vite quand je saute les pieds joints , mais si j’ajoute des petites variantes, ça va moins bien. Beaucoup moins bien. Viennent ensuite les sauts sur et autour de l’échelle d’agilité. Ouin! Le DVD ne s’appelle pas Speed & Agility pour rien! Je dois m’arrêter à certain moment tellement je suis essoufflée ou que j’ai les membres fatigués. Je veux tellement passer au travers.

Insanity Asylum Speed & Agility

Donc, 45 minutes plus tard, je sais que c’est définitivement le genre d’entraînement que j’aime. Ça vient chercher en moi ce désir de me donner à fond et de pomper de suer, et de finir le 45 minutes.

J’adore le concept, je crois que Shaun T est vraiment cool, et je suis tout simplement accroc. Et, j’ai abandonné Supreme 90 Day…pour l’instant.